Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français parisin (« parisien »), remis au goût du jour au XIXe siècle à Paris par Nestor Roqueplan par analogie aux substances finissant en -ine.

Nom commun Modifier

parisine \pa.ʁi.zin\ féminin (pluriel à préciser)

  1. (Vieilli) Essence parisienne, concentré de Paris.
    • Commes des fleurs qu’on a changées trop brusquement de climat, nos toilettes se fanent : l’air subtil de Paris leur manque. Peu à peu notre parisine s’évapore comme un parfum. — (Georges Goursat dit SEM, Ronde de nuit, 1923)
    • Cette petite d’Ormonde avait à coup sûr le diable au corps, mais surtout une cervelle fantasque, déconcertante, où passaient les plus inouïs caprices, où les idées dansaient, se heurtaient comme ces morceaux de verre multicolores qu’on agite au fond d’un cornet et qui forment d’étranges figures, où fermentait tellement la parisine —vous savez bien, la parisine dont Roqueplan donna jadis l’analyse— que le plus docte des membres de l’Institut eût perdu sa science et sa sagesse à vouloir en suivre les écarts et les pirouettes. — (René Maizeroy, Le frisson nouveau)
    • On dit strychnine, quinine, nicotine, aniline. Je dis : parisine. — (Nestor Roqueplan)
    • La parisine! Nestor Roqueplan l’a inventée cette parisine et nous en avons tous usé. La parisine c’est l’indéfinissable. Cela ne s’explique guère. Les chimistes du laboratoire municipal nous disent comment on fabrique l’essence de roses, mais ils ne nous donnent jamais l’essence même de la rose. Ainsi de la parisine. C’est un parfum aspiré dans l’air ambiant de Paris ; c’est une infiltration du sol même du boulevard parisien. Cela est subtil et exquis comme un arôme, cela est empoisonné comme du curare. C’est tout et ce n’est rien. C’est du Paris concentré, de l’extrait de Paris… — (Jules Claretie)
    • Et la liste [des spectacles scéniques proposés sur les grands boulevards à Paris] sera close avec le petit théâtre des Capucines, spécialiste en « parisine » — (Henri Duvernois, Le boulevard, chapitre III ; Éditions Pierre Lafitte, collection Visages de Paris, Paris, 1927, page 44.)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Voir aussiModifier

  • parisine sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

Féminin de parisin

Forme d’adjectif Modifier

  1. Parisienne.
    • Vauzelles affirme avoir été sauvé du naufrage par une afflation de parisine orthodoxalité. — (Jean de Vauzelles, Théâtre de Françoise désolations sur le Trespas de la Tresauguste Loyse, 1551, dans L’émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance 1520 - 1560, Michèle Clément, Janine Incardona)

RéférencesModifier