FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) De pas, adverbe de négation, et de mal.

Locution adjectivale Modifier

pas mal \pɑ mal\

  1. (Familier) (Par litote) Plutôt bon ou de bonne qualité.
    • Une vieille dame lui cherche des excuses : « A Tulle, il était pas mal. A l’Élysée, il a pas de chance. Il est pas aidé, le Premier ministre faut le changer. » — (Cécile Amar, Jusqu'ici tout va mal: document, Grasset, 2014)
    • Ainsi, défilèrent consécutivement les qualificatifs de dément, délirant, chouette, bath, et pas mal. On pouvait tout aussi bien dire d'une fille qu'elle était chouette et d'une capitale étrangère visitée à Pâques que c'était pas mal. — (Philippe Labro, Des Feux mal éteints, Editions Gallimard, 1967, 2014, chapitre 2)
  2. (Familier) (Par litote) Plutôt joli ; agréable à regarder.
    • Une bonne femme pas mal du tout l'accompagnait. Une flic, sans doute, ou sa nouvelle copine, ou les deux. Aucun ne voulait répondre aux journalistes. — (Maud Tabachnik, Ne vous retournez pas, Albin Michel, 2010)

SynonymesModifier

Plutôt bon (1) :


DérivésModifier

Locution adverbiale Modifier

pas mal \pɑ mal\

  1. Assez bien.
    • Il avait une grosse tête d’Irlandais, des cheveux gris coupés très ras, et très peu de gens l’auraient pris pour un comptable, un chef d’orchestre ou un chauffeur de taxi. Pour une sténodactylo non plus d’ailleurs – il s’en sortait pas mal sur une machine à écrire, mais n’utilisait que deux doigts. — (Lawrence Block, Le Coup du hasard, traduit de l’anglais par Alain Defossé, Calmann-Lévy, 2013, chapitre 2)
  2. (Familier) Beaucoup, d’une manière plutôt importante.
    • Le capitaine ! Ah ! il s’en fiche pas mal ! — (Georges Darien, Biribi, discipline militaire, Chapitre XXI, 1890)
    • — C’est vrai que j’avais coutume de prendre un coup pas mal, quand je revenais des chantiers et de la drave ; mais c’est fini. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Le gros commandant de l’état-major prétend qu’on s’est pas mal tabassé de ce côté-là […] — (Louis Aragon, Aurélien, Gallimard, Paris, 1944)
    • Je suis Joshua, un métis né d’un Noir africain et d’une Blanche européenne. Je ne suis pas le seul, je le sais. Les métis, il y en a pas mal ici. Mais malgré tout, nous ne passons pas inaperçus. — (Blaise Mouchi Ahua, Moi, un métis afro-européen: Cette inoubliable enfance, Éditions Publibook, 2011, page 6)
    • Cette année, ce zoo est plutôt devenu une série de conférences virtuelles avec les intervenants des deux équipes dès 11 h lundi. C’est pas mal moins festif. — (Jean St-Onge, La pandémie et les « festivités » du Super Bowl, radio-canada.ca, 4 février 2021)
  3. (Familier) (Avec de) Beaucoup de.
    • Un régiment d’ouvriers et pas mal de jeunes apprentis colorent les images au pochoir. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1898, 1923)
    • Je […] regagnai le bord ; Matteo m'y attendait, le front soucieux, mâchant sans discontinuer sa chique amère où je le soupçonnais d'avoir mis pas mal de bétel, suivant la mode indigène. — (Sylvio Sereno, Latitude 9°-S, Éditions du Faucon Noir, 1956, page 27)
    • Cependant, nous apprenons qu’il fumait approximativement vingt cigarettes par jour et consommait pas mal d’alcool sous forme de whisky. — (Revue française d’odonto-stomatologie, Volume 17, par la Société odontologique de Paris)
    • L’aliéniste aggravait son cas : Legone ayant vu s’ébrécher pas mal de ses facultés pendant la guerre, son sens de l’humour n’était plus garanti. — (Odile Bouhier, De mal à personne, Presses de la Cité, 2012, chapitre 52)

TraductionsModifier

Locution interjective Modifier

pas mal \pɑ mal\

  1. (Familier) Se dit pour marquer l’approbation.
    • Pas mal ! Pas mal ! Continuez !

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier