Ouvrir le menu principal

BretonModifier

ÉtymologieModifier

(1732)[1] De per (« poire ») avec le suffixe -enn.

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel
Non muté perenn perenned
Adoucissante berenn berenned
Spirante ferenn ferenned

perenn \ˈpeː.rɛn\ féminin (pluriel : perenned)

  1. (Botanique) Poirier.
    • Gwechall e veze graet louzoù gant ludu koad perenn d'ar re a veze ampoezonet gant kabelloù-touseg, ha bremañ ne vez graet netra gant ar gwez per en apotikerezh. — (Loeiz ar Flocʼh, Plant Breizh evit ho yecʼhed, Mouladurioù Hor Yezh, 1983, p. 101)
      Autrefois on faisait des médicaments avec de la cendre de poirier pour ceux qui étaient empoisonnés par des champignons, et maintenant on ne fait rien avec les poiriers en pharmacie.
    • Kizellet int bet e tammoù koad troc'het diwar ur berenn eus liorzh presbital Skrignag na zouge mui frouezh. — (Langleiz, Penaos e voe savet "Gwinizh hepken", in Al Liamm, niv. 92, Mae–Mezheven 1962, p. 223)
      Elles ont été sculptées dans des morceaux de bois coupés dans un poirier du jardin du presbytère de Scrignac qui ne donnait plus de fruits.
    • Kalz a bérenned en deuz. — (Le Gonidec, Dictionnaire français-breton, L. Prud’homme, Saint-Brieuc, 1847, p. 617)
      Il a beaucoup de poiriers.

SynonymesModifier

  1. gwezenn-ber

Forme de nom commun Modifier

Mutation Collectif Singulatif Pluriel
Non muté per perenn perennoù
Adoucissante ber berenn berennoù
Spirante fer ferenn ferennoù

perenn \ˈpeː.rɛn\ singulatif

  1. Singulatif de per.

RéférencesModifier

  1. Roparz HemonGIAB, Geriadur Istorel Ar Brezhoneg [Dictionnaire historique du breton], Éd. Preder, 1998 (seconde édition)