Ouvrir le menu principal
Voir aussi : pèrruque, perruqué

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVe siècle)[1] D’origine obscure :
  1. Peut-être[2] emprunté à l’italien parrucca. Étant donné la polysémie du moyen français perruque et la rareté relative de son équivalent italien parrucca au XVIe siècle, il semblerait que le mot soit français.
  2. L’espagnol a peluca, peluquín (« perruque », « toupet »), le sarde pilucca, le lombard peluch, « toupet », le piémontais pluch, le génois pelluco, « cheveu, fibre », : tous ces mots se ramènent au latin pilus, « poil », qui a donné les formes en l, comme il a donné l'italien piluccare, et le français peluche, pluche ; les formes en r sont des altérations[1]. Pour le TLFi[2], on ne peut rattacher ce mot au latin pilus car cet étymon n'explique pas le \a\ de la première syllabe des plus anciennes attestations (parrucque en 1465) et explique mal le \r\ géminé.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
perruque perruques
\pɛ.ʁyk\
ou \pe.ʁyk\
 
Homme portant une perruque. (sens n°1)

perruque \pɛ.ʁyk\ ou \pe.ʁyk\ féminin

  1. (Coiffure) Coiffure de faux cheveux.
    • Il est bien nécessaire d’employer de l’argent à des perruques, lorsque l’on peut porter des cheveux de son cru qui ne coûtent rien ! — (Molière, L’Avare, 1668, acte I, scène V)
    • Sa perruque blonde bien frisée, bien mise, seyait à sa blanche figure froidie comme celle de ces femmes de bourgmestre peintes par Holbein. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Il ôtait son grand habit noisette, remettait sa perruque dans la boîte et tirait de nouveau son bonnet de soie sur ses oreilles, en disant. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Que ne trouve- t-on pas dans les greniers ? […] Des perruques de cour ou de comédie, ce qui est à peu près la même chose, perruques à marteau, perruques moyen âge, perruques de satyres décorées de petites cornes d’or ; […] — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 83.)
    • Il saisit rageusement sa perruque, qui lui redonnait pour un soir la chevelure bananoïde de ses chères sixties, et la jette dans le lavabo où elle se met à sombrer comme un transatlantique. — (Jacques Jouet, sur un scénario de François Rivière, Jonathan Cap : Racket à Roland-Garros, Éditions Nathan, 2015, chapitre 1)
  2. (Poésie) Feuillage ; frondaison.
    • Le tronc de branches dévêtu… Reprenant sa perruque verte. — (Régnier)
  3. (Vieilli) Vieillard qui tient opiniâtrement à d’anciens préjugés.
    • Je ne balance pas assurément entre Catherine II et les vingt-cinq perruques de Genève. — (Voltaire, Lett. d’Argental, 11 octobre 1765)
  4. (Travail) Travail clandestin dans une usine ; désigne l’action, comme l’objet réalisé.
  5. (Pêche) Ligne de pêche emmêlée, constituant un amas ressemblant à un postiche.
  6. (Bijouterie) Paquet de fil de fer sur lequel on soude des métaux.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  perruque figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : perruque.

Variantes dialectalesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Adjectif Modifier

perruque \Prononciation ?\ masculin et féminin identiques

  1. (Désuet) Vieux, suranné.
    • Cela est décidément perruque.
    • Il le trouvait [un journal] tiède, timide, arriéré, perruque ; ce dernier substantif métamorphosé en adjectif exprimait le plus haut degré de son mépris. — (Ch. de Bernard, Un Homme sérieux)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe perruquer
Indicatif Présent je perruque
il/elle/on perruque
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je perruque
qu’il/elle/on perruque
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
perruque

perruque \pɛ.ʁyk\ ou \pe.ʁyk\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de perruquer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de perruquer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de perruquer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de perruquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de perruquer.

PrononciationModifier

  • France : écouter « perruque [pe.ʁyk] »

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

Voir ci-dessus.

Nom commun Modifier

perruque \Prononciation ?\ féminin

  1. Chevelure. On désignait alors sous le terme de fausse perruque, ce que nous appelons perruque.
    • Adorer tes beaux yeux et ta perruque blonde. — (1554)
    • Quant leurs cheveux sont trop petiz, Ils ont une perruque feincte. — (Coquillart, Monologue des perruques, XVe s.)
  2. Crinière du cheval.
  3. Huppe des oiseaux.
  4. Feuillage.
    • Et d'autant que tousjours vostre chef renouvelle
      De printemps en printemps sa perruque nouvelle.
      — (Ronsard)

VariantesModifier

DérivésModifier

RéférencesModifier