philistin

Voir aussi : Philistin

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin Philistini (« Philistins »), variante, en latin tardif et biblique du latin classique Palaestinus, (de Palaestina), peuple du littoral cananéen. Le sens figuré (1852) est un calque de l’allemand Philister (« nom donné par les étudiants, en Allemagne, aux bourgeois ») [1].

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin philistin
\fi.lis.tɛ̃\
philistins
\fi.lis.tɛ̃\
Féminin philistine
\fi.lis.tin\
philistines
\fi.lis.tin\

philistin \fi.lis.tɛ̃\

  1. Relatif aux Philistins.
    • La poterie philistine se caractérise par une influence mycénienne prédominante.
  2. (Par extension) Qualifie une personne, un comportement ignorant, fat, béotien
    • Il [son frère aîné] est pour moi le type achevé du philistin ; non qu’il soit tout à fait insensible car il a toujours eu – à l’instar de mon père – certains goûts artistiques et littéraires […], non qu’il soit absolument dénué d’humanité […], mais à cause de son côté timoré, pantouflard, sentimental, sans passion, déiste sans mysticisme, bien-pensant sans fanatisme. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 116.)
    • Il y a présentement le risque d'une mythologie du nègre en soi qui n'est qu'une évasion du blanc devant ses propres problèmes. Il existe le danger d'une négrophilie philistine, d'une négrophilie sans obligation ni sanction ; […]. — (Georges Mounin, Émile Dermemghem et Magdeleine Paz, « Premières réponses à l'enquête sur le « Mythe du Nègre » », dans Présence Africaine 1948/1 (n° 2), p. 197)
    • Une chose est sûre: la France est profondément philistine, petite bourgeoise, aimant savoir jusqu'où elle peut aller dans la haine de soi. Les philistins, c'est à dire les gens fermés aux arts, à la culture et à la nouveauté du monde. — (Christophe Ono-dit-Bio (Interview de Peter Sloterdijk) - L'apparition Macron – Journal Le Point, Le Postillon-page 92, n° 2329 27 avril 2017)
  3. (Par extension) Qualifie une personne non religieuse, athée…
    • La vie reposait sur des conditions et des catégories qui ressortissaient tantôt à la doctrine de la connaissance, tantôt au domaine moral. Les premières s'appelaient le temps, l'espace, la causalité ; les secondes, morale et raison. Toutes ces choses étaient non seulement étrangères et indifférentes à l'être religieux, mais encore lui étaient hostiles ; car c'étaient justement elles qui formaient la vie, la prétendue santé, c'est à dire la manière d'être philistine et bourgeoise par excellence, dont l'univers religieux était précisément le contraire absolu [...] Il existait une manière d'être bourgeoise non dépourvue de triviale grandeur, une majesté philistine que l'on pouvait juger digne de respect, à condition de se souvenir que, dans sa dignité carrée et massive [...], elle était l'irréligion incarnée. — (Thomas Mann, La Montagne magique, FayaFayard, 1931, le Livre de Poche, 2013, p. 627-628)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
philistin philistins
\fi.lis.tɛ̃\

philistin \fi.lis.tɛ̃\ masculin

  1. Personne qui a peu de goût pour les arts et la littérature.
    • Ce n’est pas sa rhétorique qui en fait un philistin de la pensée, c’est sa pensée elle-même.
    • Si l’on prononce le nom de Théophile Gautier devant un philistin, n’eût-il jamais lu de nous deux vers et une seule ligne, il nous connaît au moins par le gilet rouge que nous portions à la première représentation d'Hernani [...]. — (Théophile GAUTIER - L'histoire du Romantisme)
  2. (Par extension) Ignorant, fat, béotien.
    • Les philistins, c'est à dire les gens fermés aux arts, à la culture et à la nouveauté du monde. — (Christophe Ono-dit-Bio (Interview de Peter Sloterdijk) - L'apparition Macron – Journal Le Point, Le Postillon-page 92, n° 2329 27 avril 2017)

TraductionsModifier

RéférencesModifier