Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Spécialisation de sens du latin classique pōnĕre « poser » (ellipse de ponere ova, « déposer des œufs »). Un d épenthétique explique la forme pondre.

Verbe Modifier

pondre \pɔ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Reproduction) (En parlant d’une femelle ovipare) Faire, déposer un ou des œufs.
    • Les perdrix pondent ordinairement quinze ou seize œufs.
    • La tortue pond ses œufs dans le sable.
    • (Absolument)Nous nous précipitons tous trois vers la grange pour trouver l’œuf d’une poule qui chante, ayant trouvé le moyen de pondre entre les deux premier cris du coq. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  2. (Figuré) (Familier) (Péjoratif) Faire une production de l’esprit.
    • Ils s’étaient mis à quatre pour pondre trois pages de copie. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XX, Série noire, Gallimard, 1956, p. 182)
    • Il est vrai qu’à cette époque, les parents et leur progéniture ne partaient pas en « ouikende » prolongé, les syndicats hôteliers ne s’immisçaient pas dans la pédagogie, le corps médical pondait moins de fadaises quant au rythme biologique […] — (Jacques Mallouet, Les Jours chiffrés, éd. Payot, 1999, p. 234)
    • Son supérieur direct — une espèce de m’as-tu-vu arrogant, obsédé par les dernières lubies en matière de management et par le jargon creux qui allait avec — avait pondu une série d’instructions sans queue ni tête qui avaient eu pour conséquence fortuite de priver Lilian de toute responsabilité. — (David Graeber, traduit par Élise Roy, Bullshit jobs, Les liens qui libèrent, 2018, ISBN 979-10-209-0633-5)
  3. (Populaire) Mettre au monde un enfant.
    • Elle n’arrête pas de pondre.
  4. (Populaire) Chier.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier