FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin pontonem, accusatif de ponto.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ponton pontons
\pɔ̃.tɔ̃\

ponton \pɔ̃.tɔ̃\ masculin

  1. (Militaire) Pont flottant, ensemble composé de deux ou de plusieurs bateaux joints par des poutres et couverts de madriers, dont on se sert pour faire passer une rivière, un fleuve à des troupes.
    • […], et un bateau à vapeur du service municipal de la Tamise heurta si violemment le ponton de Westminster qu’il n’échappa au naufrage qu’en allant s’enliser sur la rive opposée, dans la vase découverte par la marée basse. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 31 de l’édition de 1921)
  2. (Marine) Grand bateau plat et ponté, employé pour divers usages dans les ports.
  3. (Marine) Cale flottante qui sert de station pour les bateaux qui transportent des voyageurs.
    • Cette étonnante coopérative ouvrière d'une soixantaine d'hommes-grenouilles, créée en 1952 par des « mordus » de la spéléologie a son quartier général sur un vieux ponton, ancré au pied des piles du pont de Bercy. — (Georges Verpraet, Paris, capitale souterraine, Éditions Plon, 1964, p. 137)
  4. (Histoire, Prison) Vaisseaux démâtés, où l’on enfermait des prisonniers.
    • Un grain tombe sur sa mâture
      V'là le corsaire en ponton !
      — (Le corsaire le Grand Coureur, chant traditionnel)
    • […]; vous êtes de la même année que cette pauvre Junon, le meilleur voilier qui soit jamais entré dans le port de Saint-Malo; et je me souviens même que, peu de jours après notre mariage, on la fit raser pour en faire un ponton. — (Germaine de Staël, « Le Capitaine Kernadec ou Sept années en un jour », acte 1, scène 2, fin de 1810, dans les Œuvres complètes de Madame la baronne de Staël-Holstein, tome 2, Paris : chez Firmin Didot frères & chez Treuttel & Würst, 1836, p. 662)
    • Voyez-vous, monsieur, ils auront beau nous fusiller en grand, nous déporter, nous exporter, mettre Cayenne au bout de Satory, bourrer les pontons comme des barils à sardines, le Parisien aime l’émeute, et rien ne pourra lui enlever ce goût-là ! — (Alphonse Daudet, Les trois sommations, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 169.)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   ponton figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : bateau, pont.

TraductionsModifier

PrononciationModifier


Voir aussiModifier

RéférencesModifier