Voir aussi : porché

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin porticus, féminin, devenu masculin en latin populaire en raison de sa terminaison en -us. Ce mot est un doublet populaire de portique.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
porche porches
\pɔʁʃ\
 
Porche d'une église

porche \pɔʁʃ\ masculin

  1. Portique, lieu couvert à l’entrée d’un temple, d’une église, ou même d’un palais.
    • Un soir, sous le porche de Saint-Benoît-le-Bétourné, qui est garni de bancs de pierre, elle m’apprit ce que je ne savais pas encore et qu’elle savait depuis longtemps. — (Anatole France, La Rôtisserie de la reine Pédauque, 1893)
    • Des porches cintrés s'exhale parfois une odeur enivrante; […], et l'on surprend souvent dans l'air, le puissant arôme des distillations qui s'opèrent. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. Construction abritant une porte d'entrée.
    • La voiture passa devant la grande porte de la cour de la ferme, continua son chemin le long d’une épaisse charmille et s’arrêta en face d’un petit porche de bois rustique à demi caché sous un vigoureux cep de vigne aux feuilles empourprées par l’automne. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Sous le porche, un boueux attendait l'arrivée de la voiture en songeant que, par un temps pareil, elle ne viendrait sans doute pas. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 62)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   porche figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : maison, église.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • porche sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier