FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1476)[1] Apparait avec le sens de « sorte de champignon[2] » ; (1651) « variété de courge » ; d’origine discutée :
  1. Altération[1] de l’ancien français poistron (« derrière, postérieur »)[3], lui-même issu du latin populaire *posterio, posteronis du latin posterior[4] ; voir potron-minet.
  2. Scheler[5] y voit un dérivé de pasture; voir paturon pour la forme et pâtisson pour le sens.
  3. De l’arabe فُطْرٌ, futrun (« champignon »)[1][6][7]; attesté chez Razi et en hébreu mishnaïque, chez Rachi, sous la forme pit̥riya (« champignon »)[1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
potiron potirons
\pɔ.ti.ʁɔ̃\
 
Un potiron. (3)

potiron \pɔ.ti.ʁɔ̃\ masculin

  1. (Désuet) (Mycologie) Espèce de champignon.
    • Aux truffes nous accouplerons les mousserons, potirons ou boulets [bolets], pour cueillir en nostre jardin ces fruits passagers et volontaires. — (Olivier de Serres, XVIe siècle)
    • Il faut dire que les connaissances cryptogamiques de Lirot, dressé par son maître, se bornaient à trois variétés : sa voix annonçait toujours soit un cèpe, soit un potiron, ou encore de ces petites oreillettes blanchâtres qui dégagent une forte senteur de farine. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.2, 1910)
  2. (Botanique) Espèce de grosse citrouille ronde.
    • Ce char n’avait assurément rien que de fort primitif ; les roues étaient pleines et tournaient avec l’essieu, comme dans les petits chariots que font les enfants avec de l’écorce de potiron. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  3. (Par métonymie) Fruit de cette plante consommé comme légume.

Adjectif Modifier

potiron invariable

  1. Dont la couleur évoque celle du potiron.
    • Il faut l’avouer, ces murailles sont badigeonnées d’une sorte de jaune assez abominable. Sans être de ceux qui aiment précisément les édifices moisis, lépreux et noirs, nous avons une horreur particulière pour cette infâme couleur potiron qui charme à un si haut degré les prêtres, les fabriques et les chapitres de tous les pays, puisqu’ils ne manquent jamais d’en empâter les merveilleuses cathédrales qui leur sont livrées. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Et puis, un jour, on lit le volume à la couverture potiron des Entretiens de Julien Gracq. — (Philippe Delerm, Dickens, barbe à papa, Gallimard, collection Folio, 2005, page 43)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   potiron figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : légume.

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • potiron sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • Le thésaurus couleur en français  

RéférencesModifier

  1. a b c et d « potiron », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. « potiron », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage
  3. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902 → consulter cet ouvrage (poistron)
  4. Jean Mathieu Rosay, Dictionnaire étymologique, 1985
  5. Jean Auguste Ulric SchelerDictionnaire d’étymologie française d’après les résultats de la science moderne, 1862
  6. Le mot "fotron" sur le portail lexicographique almaany
  7. Louis Marcel Devic, Dictionnaire étymologique des mots français d’origine orientale : arabe, persan, turc, hébreu, malais, Amsterdam, 1876, p. 186

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

potiron \Prononciation ?\ masculin (graphie ELG)

  1. (Mycologie) Champignon.

RéférencesModifier