FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1534) De l’ancien français poupard, par substitution du suffixe -on.
Ce terme apparait pour la première fois dans la langue française dans Gargantua de François Rabelais.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
poupon poupons
\pu.pɔ̃\

poupon \pu.pɔ̃\ masculin (pour une femme, on dit : pouponne)

 
Un poupon. (sens 2)
  1. Tout petit enfant.
    • […]; et quelque poupon, couché sur le plancher, dans le plus simple appareil, se barbouille les joues de confitures qu’il prend à même avec le doigt dans une tasse, […]. — (Des maisons d’habitation au Brésil, dans Revue générale de l’architecture et des travaux publics, vol. 11, 1855, page 127)
    • Une nourrice, au plus épais, levait très haut son poupon, qui riait d’aise. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Il s’arrêtait dans sa marche, pour soulever du bout de l’index le menton d’Arnica, comme on fait aux poupons que l’on veut amener à sourire. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)
    • Les survivants s’accrochaient à leur propre vie avec des gestes de poupons. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 191)
    • Un grand corps d’ours, bien trop grand pour cette petite tête aux yeux bridés de poupon mal réveillé et pour la petite voix pointue qui en sortait, une voix un peu mielleuse et zozotante d’enfant de chœur vicieux. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
  2. Jouet en forme de nourrisson.
    • Sur la table voisine, un poupon rose n’exigeait que deux chaises, deux opérations : collage des yeux bleus, assemblage du corps gauche et du corps droit. Le poupon nègre exigeait trois opérations, à cause des lèvres rouges, moulées à part. — (Roger Vailland, 325.000 francs, 1954, réédition Le Livre de Poche, page 222)
    • Les don Quichotte qui pourfendent la « théorie du genre » s’effraient en effet que des filles jouent avec des voiturettes ou que des garçons changent les couches d'un poupon ou jouent à la dînette. — (Thierry Hoquet, Des sexes innombrables. Le genre à l'épreuve de la biologie, Éditions du Seuil, 2016, introduction)
    • Elles sont élevées pour devenir de bonnes épouses, recevant des dînettes et des minicuisines comme cadeaux de Noël, de faux aspirateurs ou fers à repasser, des poussettes et des poupons. — (Manuela de Seltz, Tropique du Capricorne, 2015)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français. (→ voir poupard)

Ce terme apparait pour la première fois dans la langue française dans Gargantua de François Rabelais (1534).

Nom commun Modifier

poupon \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de pepon.
    • [...] par ce luy convenoit prendre couraige nouveau au nouvel advenement de son poupon, et, encores que la douleur luy feust quelque peu en fascherie — (François Rabelais Gargantua, chapitre V, Comment Gargantua nasquit de faczon bien estrange.)

RéférencesModifier