pour lors

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De « pour » et « lors ».

Locution adverbiale Modifier

pour lors \puʁ lɔʁ\

  1. (Vieilli) À ce moment-là, en ce temps-là.
    • Le péché est vn poison succré, ore ils en goustent le sucre, & pour lors ils se verront contraincts d'en aualer le poison. — (Étienne Molinier, Sermons pour toutes les féries et dimanches du caresme, Rouen : chez Clément Malassis, 1657, vol. 1, p. 765)
    • L'abbé de Luxeuil ne pourrait-il pas avoir les mêmes prérogatives, et jouir des droits de souveraineté, quoiqu'il les ait reçus des princes sous la domination desquels la Franche-Comté était pour lors ? — (Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, Besançon : Académie de Besançon/Imprimerie Dodivers, 1876, vol. 7, page 79)
    • Sa Majesté conforte la vieillarde à grandes chibrées méthodiques. Mémère est à la fiesta pour lors. — (Frédéric Dard, San-Antonio : Bacchanale chez la mère Tatzi, éd. Fleuve Noir, 1985)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

TraductionsModifier

SynonymesModifier

PrononciationModifier