pourmener

BretonModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de pourmen (« se promener ») avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel 1 Pluriel 2
Non muté pourmener pourmenerien pourmenerion
Adoucissante bourmener bourmenerien bourmenerion
Spirante fourmener fourmenerien fourmenerion

pourmener \pur.ˈmẽː.nɛr\ masculin (pour une femme, on dit : pourmenerez)

  1. Promeneur.
    • Setu me deuet betek ennoc’h, n’eo ket avad evel eur pourmener, mes evel eur pardouner karantezuz, gant dévotion, ha gant ar zounj da ober pinijen. — (Prezegen an Aotrou n’Eskop, in Le courrier du Finistère, n° 1758, 27 septembre 1913)
      Me voici venu à vous, non pas comme un promeneur, mais comme un pèlerin bienveillant, avec dévotion, et avec l’idée de faire pénitence.
    • Pignat a reas betek ar Ru Siam, a oa leun a bourmenerien, yaouankizoù e-leizh, a vagadoù, pe daou-ha-daou, brecʼh-ouzh-brecʼh. — (Roparz Hemon, Viktor ha Petronilh, Al Liamm, niv. 387, Gouere - Eost 2011, p. 61)
      Il remonta la rue de Siam, qui était pleine de promeneurs, beaucoup de jeunes, en bandes ou deux par deux, bras dessus, bras dessous.

Forme de verbe Modifier

pourmener \pur.ˈmẽː.nɛr\

  1. Impersonnel du présent de l’indicatif du verbe pourmen/pourmeniñ.
    • Buhez an den a vezo chenchet penn da benn dre implich an nijerezed. Pourmen a refer dre an aër evel ma pourmener war an douar hirio. — (Anaon Marzin, Delliou buez, in Ar Bobl, n° 378, 23 mars 1912, p. 2)
      La vie le l’homme va changer complètement avec l’utilisation des avions. On se promènera par les airs comme on se promène aujourd’hui sur la terre.