prévenir

Voir aussi : prevenir

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1467) Du latin praevenire (même sens).

Verbe Modifier

prévenir \pʁev.niʁ\ ou \pʁe.və.niʁ\ ou \pʁɛv.niʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Devancer, venir avant.
    • Cette nouvelle a prévenu le courrier.
    • Elle l’interrogeait sur le hasard qui les rassemblait, et prévenait soudain ses réponses par d’autres questions. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XVI. Le basilic, 1748)
    • Vous arrivez bien tard au rendez-vous, je vous ai prévenu de plus d’une heure.
  2. Être le premier à faire ce qu’un autre voulait faire.
    • Il voulait venir me voir, mais j’ai été bien aise de le prévenir.
    • Il vous perdra, si vous ne le prévenez.
    • J’avais l’intention de vous rendre ce service : votre ami m’a prévenu.
    • Prévenir quelqu’un par toutes sortes de bons offices : Lui rendre de soi-même toutes sortes de bons offices, avant d’en avoir reçu de lui.
  3. (Droit) Se saisir le premier d’une affaire.
    • En certains cas, les baillis et sénéchaux prévenaient les juges subalternes.
    • Le pape prévient l’ordinaire : Quand il confère avant l’ordinaire, sa collation prévaut.
  4. Anticiper.
    • Chez certains enfants heureusement doués, la sagesse prévient l’âge.
  5. Aller au-devant de, pourvoir à.
    • Prévenir les besoins, les désirs de quelqu’un.
    • Prévenir les ordres, les intentions de ses supérieurs.
    • Elle donna à la salle et aux mets son coup d’œil de maîtresse de maison ; puis, certaine d’avoir prévenu toutes les exigences des voyageurs, elle rentra dans la cuisine. — (Honoré de Balzac, L'Auberge rouge, 1831)
  6. Aller au-devant de quelque chose de fâcheux pour le détourner, empêcher par ses précautions qu’il n’arrive.
    • Freind, en parlant de Petrus Salimis, rapporte plusieurs exemples où, par l’intermittence du pouls, ce médecin prédisait certaines syncopes, dont il prévenait les paroxysmes par la saignée et par d'autres remèdes […]. — (Dictionaire des sciences médicales, tome 44, Paris : chez Charles-Louis-Fleury Panckoucke, 1820, page 417)
    • Prévenir une maladie, un malheur, un accident, un danger.
    • Il vaut mieux prévenir les crimes que d’avoir à les punir ou, absolument,
    • Il vaut mieux prévenir que punir.
    • Prévenir les objections, les difficultés : Aller au-devant des objections, des difficultés, et y répondre, les résoudre par avance.
  7. Faire naître par avance dans l’esprit des sentiments favorables ou défavorables.
    • Il a prévenu ses juges, l’esprit de ses juges.
    • Ils se sont laissé prévenir.
    • Je suis bien aise que quelqu’un le prévienne en ma faveur avant que je lui parle.
    • De jolis cheveux, d’un blond foncé, prévenaient en faveur d’une figure assez irrégulière, mais dont les traits trop grands respiraient la franchise et la vivacité. — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)
    • — Votre cœur, il me semble, n’a rien à voir dans ce que vous me dites aujourd’hui, puisque vous ne me connaissez pas. Cela ne pourrait être que si on l’avait prévenu contre moi, et alors je vous demanderais de ne pas céder à cette prévention sans m’avoir entendu. — (Hector Malot, La Belle Madame Donis, 1873)
    • Sa physionomie mâle et franche nous prévint tout de suite en sa faveur. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  8. Instruire, avertir quelqu’un d’une chose par avance.
    • Quelquefois, lorsque j’arrive, je préviens qu’on envoie une voiture me chercher à la gare ; souvent je ne préviens pas […] — (Octave Mirbeau, Le Colporteur)
    • C’est un type. Mais que j’te prévienne, pas fortiche du tout, ni mariole. Un gars quoi ! Un bon gars. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Et il se rappela douloureusement avoir entendu Mme Kroner prévenir que le petit-déjeuner serait servi tôt ce matin-là à cause du service religieux. — (Alex La Guma, L'oiseau meurtrier, traduit de l'anglais sud-africain par Jean-Pierre Richard, Éditions Karthala, 1986, page 146)
  9. Tenter d'éviter ; faire obstacle à, prémunir.
    • Dans nos sociétés modernes, ne faudrait-il pas plus de rabat-joies pour prévenir l'agressivité invisible nichée dans la bonne humeur des “winners” ? — (Philippe Détrie, La convivialité: Aller vers une entreprise où il fait bon travailler, Éditions Eyrolles, 2011, page 47)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier