Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composée de prêcher et de converti, l'expression parle d'elle-même : une personne qui a abjuré sa religion, ou, plus généralement, abandonné ses croyances, n'a évidemment pas besoin qu'on la convainque de le faire.

Locution verbale Modifier

Flexion de la locution selon le genre et le nombre de converti(e)(s)
Singulier Pluriel
Masculin prêcher un converti
\pʁɛ.ʃe œ̃ kɔ̃.vɛʁ.ti\

prêcher des convertis
\pʁɛ.ʃe de kɔ̃.vɛʁ.ti\
Féminin prêcher une convertie
\pʁɛ.ʃe yn kɔ̃.vɛʁ.ti\
prêcher des converties
\pʁɛ.ʃe de kɔ̃.vɛʁ.ti\

prêcher un converti \pʁɛ.ʃe œ̃ kɔ̃.vɛʁ.ti\ (se conjugue → voir la conjugaison de prêcher)

  1. (Figuré) Vouloir persuader une personne déjà convaincue.
    • M. de Tocqueville et M. Agénor de Gasparin sont de nobles esprits; ils aiment les généralités, et ils savent quelquefois les rendre éloquentes : rien de mieux. Seulement, pourquoi ne s'aperçoivent-ils pas qu'ils prêchent des convertis? — (Chronique de la quinzaine (31 mai 1845), dans la Revue des deux Mondes, Paris, 1845, vol.10, p.1027)
    • « Obama, lors d'une conférence de presse, n'a même pas osé parler de coup d'État militaire. Le gouvernement israélien le lui avait demandé, mais il prêchait un converti. » — (Le Canard enchaîné du 21 août 2013, Le tout-puissant Obama impuissant en Égypte)
    • Ce serait prêcher une convertie que de vouloir m'en convaincre. — (Ghis Simon-Constans, Elle te plaisait, hein, la serveuse du bar ?, Société des Écrivains, 2011, p.53)
    • Gabrielle, arrêtez ! Vous vous épuisez à prêcher des converties : les gouvernements n'ont plus d'argent, la Crise est effrayante dans l'Ouest et même en Ontario. — (Marie Laberge, Gabrielle: roman, Les Éditions du Boréal, 2000, p. 370)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier