FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin privare.

Verbe Modifier

priver \pʁi.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se priver)

  1. Ôter à quelqu’un ce qu’il a, ce qu’il possède, l’empêcher de jouir de quelque avantage qu’il avait ou pouvait avoir, le dépouiller de quelque chose qui lui appartient.
    • Le sol schisteux et argileux de la partie septentrionale des Ardennes au-delà de Charleville est entièrement privé de calcaire, […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 41)
    • Il suffisait que des locataires de la maison déménageassent pour qu'elle ne dormît plus et souffrît autant que si on l’eût privée de tout. La pensée qu'on allait et venait près d'elle, qu'on était content de partir ou de s'installer, lui était intolérable. — (Emmanuel Bove, L'Amour de Pierre Neuhart, Le Castor Astral éditeur, 2018, chap. 3)
    • L’arrêt qu’on a rendu contre lui le prive de tous ses biens, le prive de ses droits civils.
    • On l’a privé de tous ses avantages.
    • Être privé de la raison.
    • Il est privé de l’usage de ses membres.
    • Un corps privé de vie.
    • Privé de sépulture.
    • Priver un homme de la vue de ses enfants, de sa femme, de ses amis.
    • Par là ils se sont privés de tout secours.
  2. Retirer à quelqu'un ce qu’il désire.
    • Privé de dessert !
  3. (Pronominal) Se refuser un plaisir, un désir, s’imposer des privations.
    • Il faut savoir se priver.
    • Cette pauvre femme s’est privée pendant toute sa vie pour élever ses enfants.
  4. (Pronominal) S’abstenir de réagir ou de faire quelque chose.
    • Se priver du plaisir de la comédie, de la chasse, de la promenade.
    • Il faut savoir se priver des choses qui ne sont pas nécessaires.
  5. (Pronominal) (Vieilli) S’apprivoiser.
    • Le loup pris jeune se prive, mais ne s'attache point, la nature est plus forte que l'éducation ; il reprend avec l'âge son caractère féroce, et retourne, dès qu'il le peut, à son état sauvage. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « Le Loup », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 769.)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier



HomophonesModifier

RéférencesModifier