professeure

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XXe siècle) Dérivé de professeur avec le suffixe -eure.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
professeure professeures
\pʁɔ.fɛ.sœʁ\

professeure \pʁɔ.fɛ.sœʁ\ féminin (pour un homme, on dit : professeur)

  1. Enseignante, femme qui professe, qui enseigne une science ou un art.
    • Ce n’est évidemment pas dans mon intention. Que les femmes qui enseignent ou se destinent à l’enseignement veuillent bien m’excuser et considérer que ce texte s’adresse aussi à toutes les jeunes professeures. — (Philippe Meirieu, Lettre à un jeune professeur, ESF Éditeur, 2012)
    • […] défendant l’esprit de la langue et les règles qui président à l’enrichissement du vocabulaire, elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes. — (La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres - Mise au point de l’Académie française sur Académie française, 10 octobre 2014)
    • Avant sa révision en novembre, le protocole de priorisation aux soins intensifs incluait encore "des critères extrêmement controversés comme le handicap et la déficience intellectuelle", explique la professeure en bioéthique au département de médecine sociale et préventive de l'École de santé publique de l'Université de Montréal, Vardit Ravitsky. — (Justine Cohendet, COVID-19 : le Québec s'apprête à faire des choix déchirants, radio-canada.ca, 1er janvier 2021)
  2. Titre universitaire féminin équivalent à professeur.
    • Florence Robine, nommée rectrice de l’Académie de Créteil en 2013, a demandé dans une note de service de « veiller désormais à dire et écrire, s’agissant d’une femme : directrice, inspectrice, rectrice, professeure, proviseure […] ». — (Marina Yaguello, Les Mots ont un sexe : Pourquoi « marmotte » n’est pas le féminin de « marmot », 2014)
    • « L’Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa, située sur le territoire traditionnel et non cédé du peuple Anishinabé-Algonquin, désire pourvoir un (1) poste régulier de professeur ou de professeure menant à la permanence en études afroféministes. (...). » — (Joseph Facal, Nos universités deviennent des églises, Le Journal de Québec, 16 janvier 2021)

NotesModifier

En France, l’usage tend à privilégier la forme épicène un/une professeur, mais la forme avec un -e est aussi utilisée, ainsi que professeuse.

SynonymesModifier

Enseignante (1) :

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

→ voir professeuse

PrononciationModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier