professeuse

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1764) Dérivé de professer avec le suffixe -euse.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
professeuse professeuses
\pʁɔ.fɛ.søz\
ou \pʁɔ.fe.søz\

professeuse \pʁɔ.fɛ.søz\ ou \pʁɔ.fe.søz\ féminin (pour un homme, on dit : professeur)

  1. (Éducation) (Rare) Enseignante, femme qui professe, qui enseigne une science ou un art.
    • Ce qui m’étonnerait le plus dans l’histoire des mœurs des anciens Romains, ce serait la conspiration des femmes romaines pour faire périr par le poison, non pas leurs maris, mais en général les principaux citoyens. […] Tite-Live ne dit pas assurément qu’elles réduisirent cet art en préceptes. Cela signifierait qu’elles tinrent école de poisons, qu’elles professèrent cette science, ce qui est ridicule. Il ne parle point de cent soixante et dix professeuses en sublimé corrosif ou en vert-de-gris. — (Voltaire, Œuvres complètes de Voltaire, volume 18 : Dictionnaire philosophique, tome II, Garnier, coll. « Œuvres complètes », Paris, 1878 (1re éd. 1764), page 532)
    • Ainsi, quoiqu’il y ait un grand nombre de femmes qui professent, qui gravent, qui composent, qui traduisent, etc., on ne dit pas : professeuse, graveuse, compositrice, traductrice, etc., mais bien professeur, graveur, compositeur, traducteur, etc., par la raison que ces mots n’ont été inventés que pour les hommes qui exercent ces professions. — (Louis-Nicolas Bescherelle, Grammaire nationale, L. Bourgeois-Maze, Paris, 1834, page 38)
    • Ne serait-il pas juste que, lorsqu’une femme savante aurait obtenu par son mérite la qualité de professeuse, de docteuse, de théseuse, etc., on donnât aussi le même titre à son mari, fût-il le plus grand benêt du monde ? On donne bien du « Madame la Maréchale », « Madame la Présidente », « Madame la sous-préfète » à des épouses de dignitaires, mères au foyer. — (Schweizerisches Gutenbergmuseum : Musée Gutenberg suisse, Berne, 1932, page 131)
    • Moi, quand je serai grande, je serai professeuse. — (Anne Sylvestre, Projets d’avenir, Gémeaux croisées, 1988)
    • C’est comme je te le dis, Gervaise, tu vas me voir professeuse dès que je tiendrai sur mes cannes. — (Daniel Pennac, Monsieur Malaussène, Feryane, 1996, page 205)
    • 20 Minutes a voulu en savoir un peu plus sur nos moyens de défense face à cette bactérie, non dangereuse pour l’homme, auprès de la botaniste et professeuse de botanique et de parasitologie à l’école Du Breuil, Anne Breuil. — (Rachel Garrat-Valcarcel, « Aujourd’hui, il n’y a pas de moyen de lutte contre “la bactérie tueuse d’oliviers” », estime une botaniste, dans 20 minutes, 7 septembre 2019 [texte intégral])
  2. (Désuet) Épouse d’un professeur.

NotesModifier

La féminisation des noms de métiers et de fonctions est un sujet débattu dans la francophonie :

Grevisse consacre un chapitre à la féminisation dans Maurice Grevisse, Cédrick Fairon, Anne-Catherine Simon, Le Petit Bon usage de la langue française, De Boeck Supérieur, 2018, page 513.

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier