publicitaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De publicité avec le suffixe adjectival -aire.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
publicitaire publicitaires
\py.bli.si.tɛʁ\

publicitaire \py.bli.si.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la publicité ; qui a un caractère de publicité.
    • Le portrait du « publiphile » serait donc celui d'un homme riche, dans la force de l'âge, habitant une grande agglomération. C'est dire assez l'importance des motivations personnelles et sociales dans l'accueil réservé au message publicitaire. — (Anne Marie Laulan, L'Image dans la société contemporaine, éd. Denoël, 1971, p. 82)
    • Le cadeau ou objet publicitaire de faible valeur est largement utilisé en de nombreuses occasions.[…]. Les classiques sont les stylos à bille, les briquets, les calendriers, les porte-clefs, les sacs, les pochettes d'allumettes, les cartes à jouer. — (Rémi-Pierre Heude, Guide de la communication pour l'entreprise, p.60, Éditions Maxima, 2005)
    • Le spam, pourriel ou polluriel est une communication électronique non sollicitée, via le courrier électronique. Il s'agit en général d’envois en grande quantité effectués à des fins publicitaires. — (Patrick Beuzi, Tout sur ma tablette Google Nexus 7 et 10 : Pour les Nuls, Éditions First-Gründ, 2013)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
publicitaire publicitaires
\py.bli.si.tɛʁ\

publicitaire \py.bli.si.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui travaille dans une agence de publicité pour le compte d’un annonceur.
    • (...) l’annonceur se trouvant pour la première fois face à face avec le publicitaire ne sait au juste à qui il a affaire. Va-t-il le traiter en homme de profession libérale, en artiste, en commerçant..... ou en voleur avec lequel mieux s’entendre afin de ne pas tomber entre les griffes du reste de la bande ? Va-t-il se comporter vis-à-vis de ce publicitaire comme il le ferait vis-à-vis de son avocat, de son dessinateur, de son imprimeur ou du courtier qui a forcé sa porte et dont il ne sait comment se débarrasser ? — (Marcel Nancey, « L’annonceur et nous : comment présenter un plan de campagne », dans Notre Publicité, année 1921, reproduit en fac-similé en page 524 (chapitre IX : « Un essai de rénovation typographique d’une revue publicitaire : Extraits de quatre numéros de Notre Publicité ») de l’essai Manuel français de typographie moderne : cours d’initiation à l’usage de tous ceux que cet art intéresse, de Francis Thibaudeau, Bureau de l’Édition, 1924, page 524 → lire en ligne)
    • Un publicitaire, un agent de promo, un relationniste ne racontent pas le monde de la même façon, parce qu’ils ne l’abordent pas du même angle. Le premier travaille l’image par l’idée de séduire; le deuxième travaille l’image par la vente d’un prix et le troisième influence l’image par l’action. Le publicitaire est une personne en déséquilibre, projetée vers l’avant, à la poursuite de son image. L’agent de promo a les deux pieds sur terre, puisqu’il doit fixer un prix sur le concret. Le relationniste observe la conférence de presse, le dos près du mur. — (Luc Panneton, Marcher entre les mots, Lingatech éditeur, Montréal, 2016, p. 19)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier