punaise de sacristie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1867) La revue La Lanterne, semble être la première utilisatrice de cette locution ; l'hebdomadaire Annales religieuses et littéraires de la ville et du diocèse d'Orléans, du samedi 29 aout 1868, p. 950, en fait brève, en indiquant que c'était alors la dénomination des prêtres. → voir punaise et sacristie.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
punaise de sacristie punaises de sacristie
\py.nɛz də sa.kʁis.ti\

punaise de sacristie \py.nɛz də sa.kʁis.ti\ féminin

  1. (Figuré) (Péjoratif) (Vieilli) Membre du clergé catholique.
    • Quant à mon appréciation personnelle, elle est tout entière renfermée dans ce cri de dégoût poussé un jour dans le Charivari par mon brave ami Taxile Delord : « Il n'y a rien à faire avec les punaises de sacristie! » — (Henri Rochefort, Mes treize premières Lanternes, Paris : Librairie centrale, 1868, p. 314)
  2. (Figuré) (Péjoratif) Dévot, et plus souvent dévote, qui est un fervent adepte des pratiques religieuses chrétiennes.
    • Arrivé dans ce local, M. le curé se dépouilla de son surplis, qu’il accrocha dans une armoire ad hoc déjà encombrée de vêtements sacerdotaux et dont il referma la porte sur moi.
      J'étais devenue subitement une punaise de sacristie !
      — (Beausapin, « Les Aventures d'une punaise : racontées par elle-même », dans La Gaudriole, vol. 2, 1892, p. 404)
    • Les chères amies ne lui laissaient malheureusement pas son ignorance. Cette vieille punaise de sacristie, la veuve Gribiche, la prévenait. Et toutes l’aguichaient si bien qu'elle faisait pincer les deux tourtereaux en flagrant délit, et exigeait, elle aussi, le divorce. — (Émile Dodillon, Le purgatoire de Madame Roblin, éd. A. Lemerre,, 1898, p. 264)
    • Un athée radical lui paraît [à Picasso] plus sympathique qu’une punaise de sacristie. — (Philippe Sollers, Éloge de l’infini, Gallimard, p. 686)
    • Il truffait ses sermons de paraboles modernes, d'images progressistes, magnifiés par sa verve naturelle et mordante et appuyés par un langage coloré qui choquèrent plus d'une grenouille de bénitier et d'une punaise de sacristie, mais que voulez-vous, il faut s'adapter ou périr, et le père Benoît La Poudrière n'avait aucune intention de baisser les bras face aux temps modernes. — (Thibault Gardereau, Le livre d'un croque-mort: roman, Montréal (Québec) : VLB éditeur, 2003, p. 168)
    • Mémée Camille, c'est rien qu'une punaise de sacristie, hurle Héloïse, debout sur son lit-bateau. Tout le monde se précipite, sauf mémée qui roucoule à l'église, son habitude à cette heure-là. — (Christiane Baroche, Les petits bonheurs d'Héloïse, éd. Grasset & Fasquelle, 1996, chap. 4)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier