Étymologie

modifier
(Vers 1833)[1] D’après pyromanie Dérivé du préfixe pyro- (« feu »), avec le suffixe -mane[1].

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
pyromane pyromanes
\pi.ʁɔ.man\

pyromane \pi.ʁɔ.man\ masculin et féminin identiques

  1. Personne touchée par un trouble du comportement entraînant une fascination pour le feu. Dans les cas les plus graves, ce trouble se traduit par des pulsions qui poussent à provoquer des incendies.
    • Nous constatons que la pulsion pyromane est contradictoire, elle est à la fois pulsion de vie et pulsion de mort (« amoureux ou assassin »). — (Florian Préclaire, Agnès Castiglione, Pierre Michon : naissance et renaissances, 2007)
    • Ces impulsions anormales plus ou moins irrésistibles peuvent coexister avec les impulsions normales et avec le regret de l’action commise. Un dipsomane n’est pas un ivrogne, un kleptomane n’est pas un voleur, ni un pyromane un incendiaire, ni un impulsif au meurtre un assassin véritable ; les premiers protestent tout le temps contre des actions dont ils ont parfois horreur ; leur sens moral est réduit à l’impuissance pratique, mais non pas altéré. — (Jean-Marie Guyau, Éducation et Hérédité, Germer Baillière et Cie, 1889, page 68)
    • Tel homme a tué, sans provocation, sans cause connue, sans intérêt aucun : monomane suicide ! Tel autre a incendié sa maison ou celle de son voisin, sans motif : pyromane ! Ces autres insensés ont voulu commettre des viols, des incestes : monomanes érotiques ! C’est ainsi que M. Esquirol classait ses cas de folie sur les actes et sur les manifestations superficielles des aliénés. — (Alphonse Esquiros, Maladies de l’esprit, Revue des Deux Mondes, période initiale, tome 12, 1845, page 296)

Apparentés étymologiques

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier

Sources

modifier