Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Composé de quatre et temps.

Nom commun 1 Modifier

quatre-temps masculin pluriel invariable

  1. (Religion) (Vieilli) Les trois jours où l’Église ordonne de jeûner et de faire abstinence en chacune des quatre saisons de l’année et où les évêques ont coutume de faire les ordinations.
    • Le 19 septembre de l’an 1846, la Vierge s’était montrée à deux enfants sur une montagne, un samedi, le jour qui lui était consacré et qui était, cette année, un jour de pénitence, à cause des Quatre-Temps. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

quatre-temps masculin invariable

  1. (Mécanique) Moteur à explosion à quatre temps.
    • Au niveau du fonctionnement, il n’existe pas de distinction fondamentale entre un deux-temps et un quatre-temps puisqu'on y retrouve les quatre phases classiques (admission, compression, détente, échappement), mais agencées de façon différente. — (Technique : Le moteur à deux temps, août 2005)

TraductionsModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Adjectif Modifier

quatre-temps invariable

  1. (Mécanique) Qualifie ce moteur.
    • Comme vous le savez, dit-il, un moteur deux-temps est beaucoup plus "nerveux" qu’un moteur quatre-temps, il donne plus de sensations. Par contre, un moteur quatre-temps est moins bruyant, moins polluant et nécessite moins d’entretien. — (Claude Lafleur, Bombardier produits récréatifs - Un moteur deux-temps « révolutionnaire » ?, Le Devoir, 20 avril 2005)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier