Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Mot apparu à la fin du XVIIIe siècle, du nom d’Antoine Quinquet (1745-1803), pharmacien à Paris, qui commercialisa et perfectionna l’invention du physicien et chimiste genevois Ami Argand (1750-1803), comme l’évoque Bernard Jullien dans ses Thèses de grammaire (1857) :
« Voyez vous cette lampe où, muni d’un cristal,
Brille un cercle de feu qu’anime l’air vital ?
Tranquille avec éclat, ardente sans fumée,
Argand la mit au jour, et Quinquet l’a nommée. »
On a d’abord dit lampe à la Quinquet, puis quinquet, antonomase qu’on trouve déjà chez Gustave Flaubert dans Madame Bovary.[1]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
quinquet quinquets
\kɛ̃.kɛ\
 
Un quinquet. (1)

quinquet \kɛ̃.kɛ\ masculin

  1. (XIXe siècle) Sorte de lampe à huile à double courant d’air et à réservoir supérieur. → voir fumignon, godet, lumignon et veilleuse.
    • […] les deux pieds de devant d’un cheval gris […], s’élançant sur l’orchestre, avait brisé trois ou quatre quinquets avant qu’on pût le retenir. — (Alphonse Karr, Feu Bressier, Revue des Deux Monde, Période initiale, 4ème série, tome 32, page 34, 1842)
    • La lumière égale d'un grand quinquet éclairait assez nettement tous les objets. — (Ivan Tourgueniev, L'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Mal éclairée d'un quinquet nu, la famille veillait autour du poêle triangulaire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
      Qu’il fait jour à midi qu’un ciel peut être bleu
      Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne […].
      — (Louis Aragon, Prose du bonheur et d’Elsa, dans Le Roman inachevé, 1956)
    • Derrière le balcon, la fenêtre ne s'ouvrit pas et dans la rue nul ne se montra, pas même le veilleur de nuit avec son quinquet pour tenter de prospérer grâce aux miettes des sérénades. — (Gabriel García Márquez, L’Amour aux temps du choléra, p.179. Grasset, collection le Livre de poche, ISBN 978-2-253-06054-3. Traduction d’Anne Morvan, 1987.)
  2. (Au pluriel) (Familier) (Vieilli) Yeux.
    • Ouvre tes quinquets !
    • Il est petit, il n’a plus un cheveu, et dans sa figure ronde et rose luisent deux quinquets égrillards. — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 102.)
    • « C’est complet, il est muet
      Ses quinquets sont en biais
      C’est un fait que tel qu’il est,
      Il me plaît.
       » — (Chanson de Fréhel Tel qu’il est, paroles de Maurice Vandair)
    • Ses deux quinquets, les plus brillants du monde, sont si mobiles qu'elle a tout vu, sans tourner la tête, même ce qui se passe derrière elle, surveillant au passage dans les glaces les grimaces qu'on lui fait. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 214.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Note : Le « t » de quinquet ne se lie pas.

RéférencesModifier