Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De quinze et de jour. Au départ, cette locution avait le sens légal d’une durée équivalente à la moitié d’un mois creux. Petit à petit, le sens commun a glissé sur deux semaines, au point de donner une synonymie quasi parfaite entre les deux.

Locution nominale Modifier

quinze jours \kɛ̃z ʒuʁ\ masculin pluriel

  1. Période de deux semaines ou de la moitié d’un mois.
    • Attends quinze jours, et je ne te gênerai plus, si c’est ça que tu demandes. Oui, dans quinze jours, j’aurai vingt et un ans, je filerai. — (Émile Zola, La Terre, 1887)
    • J’ai attendu alors quinze jours, trois semaines, espérant toujours. — (Guy de Maupassant, La Rouille, 1882)
    • – Pas des tas de mangeaille solide, —observa-t-il,— mais bah ! il y en aura bien pour une quinzaine, et on ne sait pas ce qui peut arriver en quinze jours. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 338 de l’éd. de 1921)
    • Il m’apprend […] qu’une goélette de deux cents tonneaux a mis quinze jours pour venir des côtes américaines et a subi de fortes avaries. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)

VariantesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier