réalisme

Voir aussi : realisme

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De réel avec le suffixe -isme.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
réalisme réalismes
\ʁe.a.lism\

réalisme \ʁe.a.lism\ masculin

  1. (Philosophie) Doctrine platonicienne, diversement interprétée et modifiée au Moyen Âge et après, selon laquelle les idées sont des êtres réels, dont les êtres individuels et sensibles ne sont que le reflet et l’image. En ce sens il s’oppose à nominalisme. Dans certaines autres doctrines de la philosophie moderne, il s’oppose à idéalisme.
    • Cette hypothèse n'a pu naître que dans la conscience d'hommes qui s'interrogeaient, ici et maintenant, sur la réalité de l'univers. Mais ils avaient une conscience moderne car il fallait que leurs prédécesseurs aient déjà rompu avec des conceptions d'un réalisme statique au profit d'une dynamique de l'évolution. — (Jean Moussé, Se libérer dans le monde qui passe: le réel, l'imaginaire et le sens, Les Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières 1998, p.39)
  2. (Art) Doctrine d’après laquelle l’art ne doit pas chercher à idéaliser le réel, mais exprimer la réalité , contemporaine ou historique. En cette acception, il se distingue des doctrines tels que le néoclassicisme, l’abstraction, le romantisme, l’impressionnisme, qui désignent des styles, des écoles de tendance contraire.
    L’œuvre d’art ne s’obtient que par contrainte et par la soumission du réalisme à l’idée de beauté préconçue. — (André Gide, dans Prétexte, cahiers trimestriels Gallimard, 1952)
    • Et puis je connais bien ma tendance à « fantastiquer » les villes réelles, tandis que j’apporte le plus grand soin de réalisme à mes villes imaginaires. — (Note liminaire de l’auteur pour la nouvelle : Alain Demouzon, Les flics ont peur dans le noir, L’encrier renversé, n° 16-17, août 1992)
  3. (Littérature) Mouvement littéraire développé au XIXe siècle qui vise à représenter le plus fidèlement possible la réalité, avec des sujets et des personnages choisis dans les classes moyennes ou populaires.
    • Si c'est de la sorte que Kaulbach entend le réalisme, nous aimons encore mieux les abstractions les plus nuageuses ou les imitations les plus archaïquement byzantines. — (Théophile Gautier, L'Art moderne, Paris : chez Michel Lévy frères, 1856, p. 272)
  4. Toute application de cette doctrine dans une œuvre d’art ou dans une œuvre littéraire.
    • Le réalisme des Casseurs de pierre de Gustave Courbet est émouvant par la simplicité et l'aspect commun du sujet qu'il décrit, il nous révèle une beauté cachée .
  5. Sens de la réalité.
    • Notons que, en dépit du score, le manque de réalisme est l’une des rares choses que l’on puisse reprocher aux Bleus, souvent mis en échec par Patrick Pentz. — (journal 20 minutes, édition Paris-IDF, 23 septembre 2022, page 22)
  6. (Relations internationales) Théorie des relations internationales reposant sur le principe que seuls les États sont les acteurs pertinents des relations internationales et que leurs actions sont guidées par la rationalité de puissance. La théorie postule également le caractère anarchique des relations internationales, rejetant l’idée d’organisation supranationale et soutenant l’idée selon laquelle ils agissent en concurrence les uns par rapports aux autres afin de répondre à leurs intérêts (ressources et pouvoir).
  7. (Politique étrangère) Concept de politique étrangère se concentrant non pas sur ce qu'est un pays et ses actions en internes mais sur l'action qu'il choisit d'entreprendre au-delà de ses frontières.

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussiModifier

  • réalisme sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier