réfugier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De refuge avec la terminaison de l’infinitif -er.

Verbe Modifier

réfugier \ʁe.fy.ʒje\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se réfugier)

  1. Se retirer en quelque lieu ou auprès de quelqu’un pour être en sûreté, pour être à l’abri.
    • Ce matin-là, dans le petit jour d’un hiver pluvieux, cinglé d’une bise aigre, à Chartres, Durtal, frissonnant, mal à l’aise, quitta la terrasse, se réfugia dans des allées mieux abritées, […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Les kangourous vivent généralement en bandes, choisissant comme habitation un endroit pourvu d'eau et voisin d'un scrub, afin de pouvoir s’y réfugier au besoin. — (Notice sur la province de Queensland, dans Mémoires de la Société de géographie de Genève, 1861, vol.2, page 55)
  2. (Figuré) Se cacher ; fuir ; éviter.
    • Il se réfugie dans des équivoques, dans des subtilités, pour échapper à la vérité qui le presse.
  3. (Transitif) (Vieilli) Donner un abri à quelqu'un.
    • J’en appelais à Dieu de toutes mes forces et m’offrais, ne concevant plus d’autre but à ma vie que d’abriter cette enfant contre la peur, contre le mal, contre la vie. Je m’agenouille enfin plein de prière ; je la réfugie contre moi. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, pages 19-20)
    • Je voulais vous parler des coucous, des pissenlits, des boutons d’or, des primevères, des pâquerettes, des fleurs des cerisiers et des pruniers en me demandant pourquoi, depuis cinq jours qu’en privilégiée je suis réfugiée au vert, j’éprouve un plaisir particulier à les regarder pousser. — (Catherine Portevin, Newletter du 2 avril 2021, de Philosophie Magazine.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier