Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin responsum.

Nom commun Modifier

répons \ʁe.pɔ̃\ masculin invariable

  1. Paroles, ordinairement tirées de l’Écriture, qui se disent ou se chantent, dans l’office de l’église, après les leçons ou après les capitules.
    • Grand répons.
    • Répons bref.
    • Entre le clerc et lui c’est à qui bredouillera le plus vite. Versets et répons se précipitent, se bousculent. — (Alphonse Daudet, Les trois messes basses, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 200.)
    • Et subitement, Durtal se retourna. Dans la tribune, un harmonium soutenait les répons d’inoubliables voix. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
    • Elle servait de sacristine à cette heure, elle faisait les répons et sonnait la clochette. — (Marie Cardinal, Les mots pour le dire, Livre de Poche, p. 80)
    • « Le Seigneur soit avec vous... » Ah, j'en ai abattu des cérémonies au pied des fours du Père-Lachaise, à passer pour un catho impudique quand, las de leur discourtois silence, je faisais seul, à haute et intelligible voix, le répons : « Et avec votre esprit. » — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, p. 293)
  2. (Par extension) Signe d’imprimerie (R barrée : ) qui indique les répons.

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • répons sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier