raccommodable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Dérivé de raccommoder avec le suffixe -able

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
raccommodable raccommodables
\ʁa.kɔ.mɔ.dabl\

raccommodable \ʁa.kɔ.mɔ.dabl\ masculin et féminin identiques

  1. Que l’on peut raccommoder.
    • - Voyons votre bateau, dit Duff. Votre parent, Fergus, regardait le sien ce matin, et ne le trouvait plus guère raccommodable. — (Harriet Martineau, Prospérité et désastre à Garveloch, traduit par M. B. Maurice, dans Contes de Miss Harriet Martineau sur l’économie politique, Charles Gosselin, Paris, 1834, page 17)
    • Si le fait est sans gravité, si la chose est raccommodable, le conseil décide qu’on s'embrassera ; chacun donne sa parole d’honneur que l’affaire est finie, et tout est oublié. — (Elzéar Blaze, La vie militaire sous l’Empire, tome premier, Moutardier & Desforges, Paris, 1837, page 317)
    • La violence est le langage de la destruction, la chair est sa principale victime, fragile, précieuse, difficilement raccommodable une fois cassée : que sacrifier d’autre pour que le monde nous prête attention ? — (Mark Lawrence, Le Livre des Anciens, tome 1 : La Sœur écarlate, traduction de Claire Kreutzberger, Bragelonne, 2017)
  2. (Vieilli) Que l’on peut remettre d’accord.
    • De l’humilité avec laquelle je vous parle, vous devez juger, que je ne suis pas si glorieux que vous dites, & que si je ne suis pas si accommodant, je suis au moins raccommodable. — (Lettre de "Voiture à Mademoiselle de Marolles. Il tâche de se réconcilier avec elle." dans Les plus belles lettres françoises sur toutes sortes de sujets, tome premier, J. Wetstein, Amsterdam, 1755, page 32)

Quasi-synonymesModifier

AntonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier