Étymologie

modifier
Dérivé de raccommoder, avec le suffixe -age.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
raccommodage raccommodages
\ʁa.kɔ.mɔ.daʒ\

raccommodage \ʁa.kɔ.mɔ.daʒ\ masculin

  1. (Couture) Action de raccommoder ou résultat de cette action.
    • Elle cousait auprès du berceau de son fils, car elle commençait à épargner la journée d’une ouvrière en faisant elle-même certains raccommodages. — (Honoré de Balzac, La Cousine Bette, 1846)
    • Le travail, c'était la confection des vêtements, leur raccommodage, l'entretien des armes, la fabrication des chaussures, la mise à jour du journal quotidien tenu par le lieutenant Hobson, qui notait les moindres événements de l'hivernage, […]. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Par habitude aussi, même quand il y avait là des visiteurs, Mère-Grand avait repris l’éternel raccommodage de bas, pour lequel elle était montée chercher de la laine. — (Émile Zola, Les Trois Villes : Paris, 1897)
    • Les chemises de mon mari avaient besoin de boutons et le raccommodage des ses effets m’incombait, naturellement ! — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  2. Réconciliation.
    • À quoi bon de tels enfantillages, des raccommodages hypocrites, lorsque la maison croulait et que le seul parti honnête était de la jeter à terre, pour reconstruire de toutes pièces, avec des matériaux neufs, la solide maison de demain ? — (Émile Zola, Les Trois Villes : Paris, 1897)

Synonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier