Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De accourcir, avec le préfixe r-.

Verbe Modifier

raccourcir \ʁa.kuʁ.siʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se raccourcir)

  1. Rendre plus court.
    • On lui a raccourci son pantalon trop long.
  2. (Populaire) Décapiter.
    • Mais une souris déguisée en pin-up qui, à six heures du soir, vient vous avertir que le quidam qu’on doit raccourcir à cinq plombes du mat le lendemain est innocent et vous supplie de découvrir le vrai assassin dans l’intervalle, franchement les gars, c’est la première fois que j’en trouve une ! — (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, pages 38)
    • Je me suis dit : “ Francis, voilà : ils veulent te raccourcir. Alors un petit matin, dans trois mois, six mois ou une pige, ils vont se pointer : Guillo, votre recours en grâce est rejeté, c’est le moment de casquer. ” — (Jean Toulat, La peine de mort en question, Pygmalion, 1977)
  3. (Chasse) Enlever les chiens pour les rapprocher d’un cerf qui a de l’avance, en parlant du cerf.
  4. (Équitation) Rehausser, relever, en parlant des étriers ou des étrivières.
  5. (Équitation) Tenir au plus près du mors, en parlant des rênes, de la bride.
  6. (Équitation) ralentir son allure en le retenant dans la main, en le rassemblant sous soi, en parlant du cheval.
  7. (Intransitif) Devenir plus court.
    • Les jours raccourcissent du solstice d’été à celui d’hiver.
  8. (Pronominal) Devenir plus court.
    • Cette pièce de toile s’est raccourcie de dix centimètres au blanchissage.
    • Nous voici arrivés à l’époque où les jours se raccourcissent.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier