Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Renforcement avec le préfixe re- d’accoler au sens de « prendre par le col ou le collet ».

Verbe Modifier

racoler \ʁa.kɔ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Péjoratif) Attirer, solliciter, des individus parmi le public, dans le but d’en soutirer un avantage quelconque tel que de l’argent ou un service.
    • Racoler des partisans, des auditeurs.
  2. (En particulier) Aborder des clients potentiels, en parlant d’une prostituée, ou d’un prostitué.
    • Or nous avions fini, tout en conversant, par arriver faubourg du Temple, où des filles, à l’entrée du passage, racolaient. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Il arrive aussi, mais cet usage tend à disparaitre au début de la IIIe République, que les filles racolent en arpentant à tour de rôle le trottoir situé devant la maison. — (Alain Corbin, Les Filles de noce, 1978)
  3. (Par analogie) (Péjoratif) Faire du marketing outrancier.
    • Ça hurle dans les magasins de vêtements pour ados comme dans leur sang, jusque dans la rue, pour les racoler : les corps de cet âge-là brûlent de se vêtir pour se dévêtir avec d'autres, et prennent de l'avance en ne se vêtant qu'à demi. La mode a compris cela : voyez le pantalon à demi baissé du gars, le chandail bedaine de la fille. — (François Hébert, Dans le noir du poème: les aléas de la transcendance, Fides, 2007, page 105)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

  • France (Lyon) : écouter « racoler »

RéférencesModifier