FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du turc rakı de même sens.

Note : le i final est en fait un i sans point – voyelle spéciale de l’alphabet officiel de l’État Turc après la réforme alphabétique décidée par Kemal Atatürk (1928) pour passer de l’alphabet arabe au latin. Cette voyelle se prononce comme un e français.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
raki rakis
\ʁa.ki\

raki \ʁa.ki\ masculin

  1. Eau-de-vie généralement parfumée à l’anis des pays du Proche-Orient (arak en Syrie et dans d'autres pays du Proche-Orient).
    • Mademoiselle, je ne vous ai pas plutôt aperçue que, fou d'amour, j'ai senti mes organes génitaux se tendre vers votre beauté souveraine et je me suis trouvé plus échauffé que si j'avais bu un verre de raki. — (Guillaume Apollinaire, Les Onze Mille Verges)
    • Je bois de moins haut, et discrètement : c’est un raki poivré comme un piment rouge. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 24.)
    • Et c’est cet individu qui vous a fait boire cet ignoble raki ! — (Boris Vian, Le goûter des généraux, 1951)
    • Conclusion, entre autres, éviter de demander un café turc au bistro du coin, de sous-entendre que les baklavas au fond ça vient des Turcs, de penser que le raki est une excellente boisson anisée, ce qui est vrai en Turquie mais pas en Grèce, où c'est une eau-de-vie sans la moindre trace d'anis (la boisson anisée ici s'appelle ouzo); bref, éviter quelque parallèle que ce soit entre Grecs et Turcs. — (Louis Jolicoeur, Poste restante, Québec, L'instant même, 2015, p. 117.)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier


TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier


Voir aussiModifier

  • raki sur l’encyclopédie Wikipédia