FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1531) De l’ancien français ramoner (« balayer »), par spécialisation de sens.

Verbe Modifier

ramoner \ʁa.mɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Nettoyer le tuyau d’une cheminée, en faire tomber la suie.
    • Ramoner la cheminée.
    • (Figuré) Mon père ramonait les canons de son fusil, et de temps à autre les portait à son œil comme pour examiner le ciel, qui était parfaitement pur. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 188)
  2. (Vulgaire) Avoir une relation sexuelle, faire l’amour.
    • Cette secrétaire se fait ramoner par son patron.
    1. (Sexualité) Sodomiser.
      • Je vais lui ramoner les fesses, tu vas voir !

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Dénominal de ramon (« balai »).

Verbe Modifier

ramoner \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Balayer.
    • Il n'i a chambrete petite,
      Qui ne soit si bien ramonée
      Que jà poudre n'i ert [sera] trouvée.
      — (Rutebeuf, XIIIe s.)

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier