rapiéçage

Voir aussi : rapiécage

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de rapiécer avec le suffixe -age.

Nom commun Modifier

rapiéçage masculin (pluriel à préciser)

  1. (Couture) Action de rapiécer.
    • Le rapiéçage d’un drap.
    • Le lendemain elle ne changea ni de coiffure, ni de corsage ; assise près de son père sur un banc devant la maison, elle reprit l’ouvrage de couture, de rapiéçage plutôt qui l’avait occupée déjà dans la soirée. — (André Gide, La porte étroite, 1909, réédition Le Livre de Poche, page 128)
  2. (Par extension) Le résultat de cette action.
    • Il connaît toutes les inégalités du sol, tous les rapiéçages de la chaussée, chaque tas de caillou, chaque buisson. — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 11)
    • Plus loin, fellahs et bédouins s'abritaient sous de pauvres étoffes, bariolées de rapiéçages, soutenues par quelques bâtons. — (Out-el-Kouloub, « Zariffa », dans Trois Contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • (Figuré) Enfin, Robert Comeau de la Coalition se dit heureux de voir qu’il s’agit d’une nouvelle mouture du cours et non d’un « rapiéçage ». — (Le Devoir, 27 février 2014)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier