FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1155) De l’ancien français rasseürer. Dérivé de assurer avec le préfixe r(e)-.

Verbe Modifier

rassurer \ʁa.sy.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Redonner l’assurance, rendre la confiance, la tranquillité.
    • Les pouvoirs publics souhaitent ainsi rassurer les acteurs sur des points qui pouvaient les décourager de reprendre leurs activités, notamment leurs responsabilités en matière de prévention des risques et de respect des délais et d’exécution des chantiers. — (Florent Lacas, « Un accord trouvé avec l'Etat pour continuer les chantiers », www.batiactu.com, article publié le 21 mars 2020 ; consulté le 22 mars 2020)
    • L’intelligence avec laquelle ce Tourangeau raccommodait le trait cassé rassura le colonel comte d’Aiglemont, qui revint vers la portière en étendant ses bras comme pour détirer ses muscles endormis ; il bâilla, regarda le paysage, et posa la main sur le bras d’une jeune femme soigneusement enveloppée dans un vitchoura. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1842, chapitre premier)
  2. (Vieilli) Affermir, rendre stable.
    • Il faut rassurer cette muraille, elle menace ruine.
    • Les arches de ce pont-là ont besoin d’être rassurées.
    • Rassurer une terrasse avec des arcs-boutants. (Figuré)
    • Rassurer un homme dans la foi.
    • Rassurer la foi chancelante d’un nouveau converti.
    • Le gain de cette bataille a rassuré son pouvoir, son autorité.

Apparentés étymologiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier