Voir aussi : ravaûder

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du moyen français[1] ravaut (« sottise, bêtise »), de ravaler (« rabaisser, diminuer »).

Verbe 1 Modifier

ravauder \ʁa.vo.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Couture) Raccommoder, rapiécer, repriser à l’aiguille.
    • Tandis qu’il trottine à ses malades, elle reste à ravauder des chaussettes. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Il avait fallu en outre ravauder à gros points le linon déchiré et même troué par les ongles d’Angelo, qui, pendant le voyage et faute de ciseaux, les avait portés fort longs. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 497)
    • L’après-midi, elle cousait, réparait les vêtements, ravaudait bas et chaussettes en s’aidant d’un œuf en buis. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 171)
    • Maud le tiraillait nerveusement, déchirant l’étoffe précieuse. Il faudrait des heures pour le ravauder, se dit Ethel. — (Ken Follett, La Chute des géants - Le siècle 1, page 237, traduction J.-D. Brèque, O. Demange, N. Gouyé-Guibert, V. Mikhalkov, 2010, Robert Laffont)
    • Des femmes ravaudaient des filets sur le pas de leur porte. — (Annie Degroote, Un palais dans les dunes, Presses de la Cité, 2010, chap. 25)
    • Toujours, lorsqu’il voyait Mme Bavoil, elle priait ; devant ses fourneaux, lorsqu’elle ravaudait, […], partout, elle égrenait son rosaire, sans trêve. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Le Journal du Commerce, notre quotidien traditionnel, tenta de ravauder l’honneur civil par un essai érudit et plutôt indigeste sur l’ancienneté et l’influence culturelle des Chinois dans les Caraïbes et leur droit bien mérité de participer aux Jeux Floraux. — (Gabriel Garcia Marquez, L’amour aux temps du Choléra, traduction Annie Morvan, Le Livre de Poche, 2019, p.249)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

ravauder \ʁa.vo.de\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Québec) Action d’errer, de s’adonner à de multiples activités.
    • J'passe pas ma nuit à ravauder, moé.

PrononciationModifier

  • France (Île-de-France) : écouter « ravauder [ʁa.vo.de] »
  • Canada (Québec, Mauricie, Shawinigan)(verbe #2) : écouter « Ravauder. J'passe pas ma nuit à ravauder, moé [Prononciation ?] »
  • Canada (Shawinigan) : écouter « ravauder [Prononciation ?] »

RéférencesModifier