rebattre les oreilles

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de rebattre et de oreille.

Locution verbale Modifier

rebattre les oreilles \ʁə.batʁ le.z‿ɔ.ʁɛj\

  1. Lasser en répétant sans cesse la même chose.
    • On leur a déjà rebattu les oreilles avec ça, et de toute façon, ils connaissent bien le sujet.
    • « Beaucoup de couleur dans le tableau : le vieux noir dans ses haillons bleu clair, les gros fruits vert sombre qu’on dirait en émail et, dans les arbres, ces tons d’incendie… C’est tout le vieux Sud dont on nous rebat les oreilles. » — (Julien Green, « Moïra », 1950, réédition Le Livre de Poche, pages 12-13)
    • Pourquoi leur rebat-on encore les oreilles avec la langue de Molière? — (Anne-Marie Beaudouin-Bégin, La langue affranchie, se raccommoder avec l’évolution linguistique, Québec, Éditions Somme toute, 2017, page 88.)

NotesModifier

  Il vaut mieux éviter de dire « rabattre les oreilles ». Mais cette erreur n’est pas toujours involontaire : « Il est certain que l’usage parlé utilise parfois — mais pour rire — l’expression rabattre les oreilles, qui prend une valeur plus expressive[1] ».
    • Pendant plus d’un mois, elle nous a rabattu les oreilles avec sa virginité perdue. Tout le monde le savait, les garçons de la classe aussi, qui l’observaient curieusement. — (Georges Simenon, La Disparition d’Odile, ch. 2, Le Club français du livre, Paris, 1971)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier