FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1889) Apparaît avec le sens de « renseignement » ; (1898) celui de « rendez-vous ». Mot argotique d’origine incertaine[1] :
  1. Sans doute lié à racorder (« instruire »), recorder (« raconter, rapporter, répéter ») avec, pour le son \ɑ̃\, l’influence de renseignement, rancart.
  2. Déverbal de rencarrer (« rentrer chez soi ou dans un lieu sûr après un coup ») → voir encarrer et carre « entrer, coin » ;
  3. De encarter avec le sens argotique du XIXe de « inscrire dans le registre (les cartes) de la police », et celui de « envoyer une carte, un carton d’invitation » pour le sens de « rendez-vous » ;
  4. Peut-être abrègement et altération en -ard de rencontre ;
Voir rancart qui présente des difficultés similaires.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
rencard rencards
\ʁɑ̃.kaʁ\

rencard \ʁɑ̃.kaʁ\ masculin

  1. (Argot) Renseignement confidentiel.
    • Faire un rencard.
  2. (Familier) Rendez-vous.
    • Toute la Cour était au rencard pour la noce à Dagobuche. — (Léon Stollé, Douze récits historiques racontés en argot, 1947)
    • Quelle belle fille ! Dire que ça s’était passé comme ça ! Si Sadie et le dur n’avaient pas été présents, il aurait peut-être pu lui filer un rencard. — (James Hadley Chase, Méfiez-vous, fillettes !, Première partie, ch. 8, traduit de l’anglais par Jacques Legris, Gallimard, coll. « Série noire », no 41, 1949)
    • On se demandait avec angoisse, les uns et les autres [filles et garçons], ce qu’on pourrait bien se dire en tête à tête et il fallait toute la sollicitude curieuse du groupe pour nous soutenir avant de se rendre au premier rencard. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 67.)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier