restaurer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin restaurare (« rebâtir, réparer, refaire », « reprendre, renouveler »).

Verbe Modifier

restaurer \ʁɛs.tɔ.ʁe\ ou \ʁɛs.to.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se restaurer)

  1. Réparer ; remettre en bon état.
    • On achetait des avenues, des tours, des hôtels, des avions... Ensuite on restaurait le tout à grand frais, et on remettait l'ensemble sur le marché. — (Crésus, Confessions d'un banquier pourri, Fayard, 2009, chap.13)
    • Holmer, le spécialiste de la récolte de betteraves dans le giron d’Excel développe un service pour restaurer les anciennes arracheuses de betteraves automotrices. — (« Holmer va restaurer vos automotrices », le 4 octobre 2021, sur le site de La France agricole (www.lafranceagricole.fr))
  2. (Pronominal) Rétablir ses forces en prenant de la nourriture.
    • Le train ne démarrant qu'à treize heures, j'eus le temps de me restaurer, avec, comme disait Dédé, du brignolet (du pain), du sifflard (saucisson), le tout arrosé d'un coup de Beaujolais. — (Serge Delefosse, Mémoires de guerre: 1939-1957, Éditions du Ver luisant, 1999, p. 49)
  3. (Figuré) Rétablir, remettre en vigueur, en honneur, en parlant des lettres, du commerce, des lois, de la discipline, du gouvernement.
    • Ce Prince a restauré l’état, les arts, les lettres, le commerce.
  4. (Informatique) Remettre dans un état de référence un système informatique ou une application.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier