romanesque

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1627) Du nom roman avec le suffixe -esque.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
romanesque romanesques
\ʁɔ.ma.nɛsk\

romanesque \ʁɔ.ma.nɛsk\ masculin et féminin identiques

  1. Qui tient du roman ; qui est merveilleux comme les aventures de roman, ou exalté comme les personnages de roman, comme les sentiments qu’on leur prête. — Note : Cet adjectif souvent utilisé péjorativement pour qualifier des histoires invraisemblables, des aventures extraordinaires, des sentiments excessifs, loin de toute réalité.
    • Maintenant, toutes les jeunes filles, romanesques ou non, peuvent imaginer dans quelle impatience vécut Modeste pendant quelques jours ! — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Mais pour le garder auprès de lui, il déploie sa maîtrise romanesque ultraconvaincante : par sa sobriété remarquable, par son sens souvent hilarant du micro-détail, il offre une belle densité à ses personnages. — (Les inrockuptibles, n° 544 à 552, 2006, page 129)
    • Au cours des dernières années, les affaires avaient marché cahin-caha, avec une prédisposition romanesque à l’insécurité, dans une petite échoppe délabrée ouvrant sur la Grand’Rue. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 43 de l’édition de 1921)
    • Les heures de la nuit ont un aspect romanesque. Deux heures de l’après-midi est prosaïque, presque vulgaire ; mais deux heures du matin est un aventurier qui s’enfonce dans l’inconnu. Et cet inconnu, c’est trois heures du matin, le pôle nocturne, le continent mystérieux du temps. On en fait le tour ; et si on croit l’avoir traversé jamais, on se trompe, car bientôt quatre heures du matin arrive sans que vous ayez surpris le secret de la nuit. Et le petit jour strie déjà les volets de ses baguettes bleues parallèles. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, pages 220-221)
    • Sans doute serait-il enfantin de représenter cette machine d'une manière grossièrement romanesque : le ministre de l’Intérieur ne se réunit pas avec son collègue de l’Instruction publique pour déterminer les sujets des thèses de doctorat et des cours de l’année : la pauvreté intellectuelle des gouvernements, leur étroite conscience, leur sottise enfin, enlèvent tout crédit à l’hypothèse d'un complot aussi méthodique. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932, page 118)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
romanesque romanesques
\ʁɔ.ma.nɛsk\

romanesque \ʁɔ.ma.nɛsk\ masculin

  1. Ce qui est romanesque.
    • Derrière la préférence accordée par l'auteur à la règle de chevalerie, il y a le goût du romanesque. Derrière le goût du romanesque, il y a celui de l'amour pour lui-même. — (Denis de Rougemont; L'Amour et l'Occident -édition de 1946)

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
romanesque romanesques
\ʁɔ.ma.nɛsk\

romanesque \ʁɔ.ma.nɛsk\ féminin

  1. (Désuet) (Rare) Danse ancienne ; musique de cette danse.
    • L'espece de danse que l'on appeloit gaillarde au seizieme siecle, & que quelques Auteurs prétendent avoir été aussi nommée romanesque, parce que la premiere gaillarde passa de Rome en France, ne portoit ce nom, qui semble caractériser la gaieté, que par comparaison avec la pavane […]. — (Mélanges tirés d'une grande bibliothèque, V.15‎, 1782, page 195)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de roman, avec le suffixe -esque.

Adjectif Modifier

romanesque

  1. Roman.

Voir aussiModifier

  • romanesque sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  
  • roman sur l’encyclopédie Wikipédia