FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de roc (« tour du jeu d’échecs »).

Verbe Modifier

roquer \ʁo.ke\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Jeu d’échecs) Mettre sa tour auprès de son roi, et faire passer le roi de l’autre côté de la tour, quand il n’y a aucune pièce entre eux, sous réserve qu'aucune des deux pièces n'ait déjà bougé, qu'aucune ne soit menacée et qu'aucune des cases traversées ne soit à portée d’une pièce adverse.
  2. (Rare) Déplacer d’une manière qui peut faire penser à un roque.
    • Sa place à la droite de Bertille, à table, restait vide : Aubin, qui aurait dû quitter la gauche, n'osait pas roquer. — (Hervé Bazin, Cri de la chouette, Grasset, 1972, réédition Le Livre de Poche, page 191)
    • On disait alors dans ce cas-là qu'on «roquait» des unités ou des approvisionnements entre les secteurs du front, par analogie avec le coup du roque, aux échecs. — (site www.cnewsmatin.fr, 7 décembre 2017)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   roquer figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : échecs.

TraductionsModifier

ParonymesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier