rouler sa bosse

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) Composée de rouler et de bosse.
Note : Par référence à la bosse, (Marine) Bout de corde ou chaîne. Les marins roulent leurs bosses lors de l’amarrage à une bitte, ou au moment d’arriser ou d’enverguer par exemple. Origine estimée dans le courant du XIXe siècle[1][2].

Locution verbale Modifier

rouler sa bosse \ʁu.le sa bɔs\ (se conjugue → voir la conjugaison de rouler)

  1. (Figuré) Voyager beaucoup ; mener une vie aventureuse.
    • Vois-tu, si je fais prendre le Globe, le Mouvement, les Assurances et mes articles Paris, au lieu de gagner huit à dix misérables mille francs par an en roulant ma bosse, comme un vrai Mayeux, je suis capable de rapporter vingt à trente mille francs maintenant par voyage. — (Honoré de Balzac, 1833, L’Illustre Gaudissart, 1833)
    • Elle avait roulé sa bosse de la Butte à Montparno, en brûlant les pavés glissants du quartier Latin où l’on ne rencontre plus que pouillerie, débutantes sans astuces, bourriques pourchassant la prime et toute une métèquerie crasseuse, décharnée et ambitieuse. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 88)
    • Elle a roulé sa bosse,
      Elle a roulé carrosse
      Elle a plumé plus d'un pigeon
      la Marie-Vison.
      — (refrain de la chanson « La Marie-Vison », paroles de Roger Varnay, musique de Marc Heyral, 1956)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier