s’éveiller

(Redirigé depuis s'éveiller)

Étymologie

modifier
(XIIe siècle) Forme pronominale de éveiller. Du latin populaire (reconstitué) exvigilare, issu du latin evigilare, bâti sur le latin vigilare (« veiller, être attentif »).

s’éveiller \s‿e.ve.je\ ou \se.vɛ.je\ pronominal réfléchi, intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Sortir du sommeil.
    • Deux berceaux côte à côte, dans sa chambre, renfermait les deux petits corps. La nuit, Zaheira s’éveillait pour leur donner le sein. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Il s’éveille tous les jours à une certaine heure.
    • Elle s’est éveillée en sursaut.
    • On emporterait la maison, qu’il ne s’éveillerait pas.
    • S’éveiller au bruit.
    • Vous paraissez tout endormi, éveillez-vous !
  2. (Sens figuré) Naitre, éclore, se développer (en parlant d’un sentiment chez quelqu’un).
    • C’est ainsi en effet que s’éveille dans le cœur humain et que s’impose, même sans droit, l’âcre et bizarre jalousie de la chair. — (Victor Hugo, Les Misérables, III, 6, 8 ; 1862)
    • Quoiqu’il fût aisé de savoir si Goriot avait réellement été vermicellier, et quel était le chiffre de sa fortune, les vieilles gens dont la curiosité s’éveilla sur son compte ne sortaient pas du quartier et vivaient dans la pension comme des huîtres sur un rocher. — (Honoré de Balzac, Le père Goriot, 1834)
    • Son intelligence commence à s’éveiller.
  3. (Transitif indirect) (Sens figuré) Sortir de l’ignorance (de quelque chose).
    • S’éveiller aux arts, à l’amour.

Synonymes

modifier

Antonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes