sèchement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Composé de sec, sèche et -ment.

Adverbe Modifier

sèchement \Prononciation ?\

  1. D’une manière sèche, froide, peu agréable.
    • Elle commande sèchement les devoirs de la famille et de la cité, comme s'il s'agissait d'agencer des pierres et non d'harmoniser des hommes. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide. — (Goscinny et Uderzo, Astérix et les pirates)
    • Plusieurs coups de baguette assénés sèchement par le chef d'orchestre sur son pupitre interrompirent le colloque. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. En ayant un style sec, dénué d’agrément, en parlant d’écriture.
    • Écrire sèchement.
  3. Sans souplesse, sans moelleux, en parlant de peinture.
    • Peindre sèchement.

PrononciationModifier

  • (Merci d’indiquer une prononciation, ou à défaut, de retirer le modèle.)
  • France : écouter « sèchement [sɛʃ.mɑ̃] »
  • France (Lyon) : écouter « sèchement [Prononciation ?] »
  • France (Vosges) : écouter « sèchement [Prononciation ?] »


TraductionsModifier


RéférencesModifier