Voir aussi : severe

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin severus, sans doute construit sur verus (« vrai, bon » dans le sens de « il est bon de ») avec le réflexif se : celui qui est sévère s’impose tout d’abord à lui-même, puis aux autres, ce qu’il est bon et juste de faire.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
sévère sévères
\se.vɛʁ\

sévère \se.vɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est rigide ou sans indulgence.
    • Vous m’avez affirmé, sévères dénonciateurs, que les usines clermontoises étaient le centre d’un système d’aspiration qui attirait à lui toutes les forces humaines […] — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • A l'opposé de George Sand qui s'élevait volontiers au-dessus des contingences et, sévère pour les erreurs des autres, était pleine d’indulgence pour ses propres erreurs, s’absolvait de ses chutes en planant, Musset avait une grande puissance de contrition et, par sa nature, était « mea-culpiste ». — (Maurice Donnay, Musset et l'amour, Éditions Flammarion, 1926, p. 42)
    • Être sévère avec soi-même : Être rigoureux à l’égard de soi-même, ne se passer aucune faute.
    • (Par extension) Un visage, un front, un air sévère.
  2. Qui est austère, qui ne se relâche pas.
    • Au bout d'une minute, la porte s'ouvrit et une fliquette en tenue, une brune plutôt mimi, mais gâchée par l'air sévère qu'elle se sentait obligée de prendre, sortit et avança vers la guérite. Laurent Chalumeau, Bonus, Editions Grasset, 2010, chap. Treize
    • Une vertu sévère. — Une morale sévère. — Des mœurs sévères.
  3. (Art) Simple, dépouillé, sans ornements superflus, sans vaine recherche d’élégance.
    • Quand on se présente devant la cité de Carcassonne, on est tout d’abord frappé de l’aspect grandiose et sévère de ces tours brunes si diverses de dimensions […] — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • (Substantivement) Unir le plaisant au sévère.
  4. (Figuré) Qui a plus de régularité que d’attrait.
    • Il était entièrement vêtu de casimir noir, ainsi qu’il convient à un notaire. Mais comme on se trouvait au plus fort de l’été, M. Bernard avait cru pouvoir égayer sa tenue sévère d’une ombrelle d’alpaga blanc. — (Octave Mirbeau, « La Mort du chien » dans Lettres de ma chaumière, 1886)
    • En vis-à-vis du bâtiment vétuste, l’établissement des jeunes élèves-maîtresses, guindées en leur costume sévère sous le chapeau de feutre sans élégance. Le plupart portent lorgnons. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Une beauté sévère. — Une physionomie sévère.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Adverbe Modifier

sévère \se.vɛʁ\

  1. (Familier) (Anglicisme) Énormément, intensément, d’une façon exceptionnelle.
    • Moralité, si les tarifs ont augmenté de 10 à 20 € depuis début 2018, croyez-nous, d’ici l’été, ça va solder sévère. — (François Tarrain, Nouveau contrôle technique : les prix vont baisser sur Auto Plus.fr, 1er juin 2018. Consulté le 29 juin 2018)
    • Les conditions sont musclées aujourd’hui. Il y a énormément de vent. Près de 25 nœuds, soit environ 45 km/h. Ça va avoiner sévère. — (Vincent Giard, On a testé pour vous… le char à voile sur Actu.fr, 6 mars 2018. Consulté le 1er juin 2018)

SynonymesModifier

DérivésModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier