s’ennuyer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Verbe composé de se et de ennuyer.

Verbe Modifier

s’ennuyer \s‿ɑ̃.nɥi.je\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Éprouver de l’ennui, se morfondre, ne pas savoir s’occuper.
    • Il adressait, de temps en temps, de pâles paroles, à droite, à madame Garain, la femme de l’ancien garde des sceaux ; à gauche, à la princesse Seniavine, qui, chargée de diamants, s’ennuyait à crier. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 46)
    • On avait beau le corriger quand les voisins le ramenait en carriole, l’habitude de ces fugues était prise. […]. Si une semaine s’écoulait sans escapade, on le voyait s’ennuyer, dépérir et fureter dans le logis pour trouver une issue. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Par extension) Éprouver de la contrariété à cause d’une absence. Note : l’objet de l’absence est introduit par la préposition « de ».
    • Revenez au plus vite : je m’ennuie de vous.
  3. (Pronominal) Être ennuyé, avoir du souci.
    • — Le petit est malade. Je ne sais pas ce qu’il a… Je m’ennuie. — (Ernest Pérochon, Nêne, 1920)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier