Français modifier

Étymologie modifier

(1860)[1] Introduit par le chimiste français Marcellin Berthelot pour désigner le sucre de canne, dérivé du préfixe saccharo-, avec le suffixe -ose[2], du latin saccharum (« sucre »), du grec ancien σάκχαρον, sákkharon (« sirop de bambou ; sucre »).

Attestations historiques modifier

  • (1860)[1] Si l’on propose ici un nouveau nom, celui de saccharose, comme synonyme du sucre de canne, ce n’est point pour satisfaire un vain désir d’innovation, mais dans l’intention de rendre possible la formation des noms des composés qui dérivent du sucre de canne; car cette formation exige l’emploi d’une appellation univoque appliquée à chacun des générateurs de ces composés. — (Marcellin Berthelot, Chimie organique fondée sur la synthèse, tome 2, 1860, page 255)

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
saccharose saccharoses
\sa.ka.ʁoz\
 
Structure du saccharose (1)

saccharose \sa.ka.ʁoz\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. (Biochimie) Diholoside formé par la condensation d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose, extrait de la canne à sucre ou de la betterave sucrière et utilisé comme sucre de table.
    • Si l’on porte la saccharose à une température élevée, il se forme des produits qui ont été désignés sous les noms d’acide caramélique, de caramélan, etc. Ces produits sont noirs, impossibles à purifier, et paraissent être le résultat d’une condensation moléculaire. — (Alfred Naquet, Des sucres, 1863, page 37)
    • Le sirop de sucre ou sirop simple est un liquide sirupeux constitué par une solution de sucre dans l'eau. Le sirop de sucre ou sirop simple contiendra au moins 60 p. c. de saccharose. — (Léon Hennebicq, Joseph Guissart & Charles Goossens, Les Codes Larcier : Droit pénal, Belgique, éd. F. Larcier, 1965, page 472)
    • Deux plantes ont une richesse en saccharose beaucoup plus importante : la canne à sucre (qui contient 20 % de saccharose), connue depuis l’Antiquité, et la betterave sucrière (dont la racine en contient 18,7 %), qui sont aujourd’hui les deux sources principales de sucre. — (Jean Vitaux, « Le sucre », La mondialisation à table. sous la direction de Jean Viteaux. Presses Universitaires de France, 2009, pp. 133-140.)
    • Le saccharose, encore nommé commercialement « sucre », est le glucide de référence en matière de pouvoir sucrant.— (Christine Raiffaud, Produits « bio » : de quelle qualité parle-t-on ?, 2010, page 184)
    • Afin d’entrer dans la glycolyse les carbones des glucides de réserve comme l’amidon, le saccharose ou les fructosanes, doit d'abord être hydrolysé sous forme de glucose ou de fructose puis converti en fructose-1,6-biphosphate.— (William G. Hopkins, Physiologie végétale, 2013, page 239)
    • Et le sucre emprunte parfois un pseudo : saccharose, sirop de glucose ou sirop de fructose.— (Gwendoline Dos SantosManger intelligent- Le Point N°2236-16 juillet 2015))
    • Pendant longtemps, ce sucre ajouté était exclusivement du saccharose extrait de la betterave ou de la canne, une molécule qui combine une molécule de glucose et une molécule de fructose.— (Anne-Françoise Burnol, Le fructose, un additif problématique?, CNRS le journal, 19 novembre 2015)

Synonymes modifier

Variantes orthographiques modifier

Apparentés étymologiques modifier

Dérivés modifier

Hyperonymes modifier

Vocabulaire apparenté par le sens modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Références modifier

  1. a et b Pierre de Menten de Horne, Dictionnaire de chimie: Une approche étymologique et historique, , Éd. De Boeck, Bruxelles 2013. , page 264., Références bibliographiques (pdf, 1.56 Mo)
  2. « saccharose », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage