Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) De sale avec le suffixe -eté.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
saleté saletés
\sal.te\

saleté \sal.te\ féminin

  1. État de ce qui est sale, malpropre.
    • La saleté de ses habits, de son linge, de ses meubles. - La saleté des rues. - Cet homme est d’une saleté dégoûtante.
  2. Chose qui est sale par elle-même.
    • Il y a ici de la saleté, des saletés, qu’il faut ôter.
  3. (Figuré) Obscénité.
    • La saleté de cette chanson.
    • La saleté de ce propos.
  4. Parole, image, comportement, sale et obscène.
    • Le plus curieux, c'est qu'ils sont presque tous affligés d'un travers, d'un vice, d'un maboulisme périlleux, d'une tare, ou qu'ils ont des histoires intimes, des saletés familiales, tous, les plus respectés, les plus grands, les plus insoupçonnés. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 186)
    • Il se plaît à dire des saletés. - Ce livre est plein de saletés.
  5. (Figuré) Vilenie, méchanceté.
    • « Quoi! lui dit un de ses amis, […], il ne vous salue pas? — Il m'a fait une saleté, il ne me la pardonne pas... Ce n'était pas d'ailleurs la première. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  6. (Familier) Chose qui ne vaut rien, qui n’a pas de valeur.
    • Ce magasin ne vend que de la saleté.
  7. Ordure, personne méprisable.
    • Saleté de gosse ! Saleté, va ! Ah ! la saleté d'homme ! cria-t-elle — (Émile Zola, L’Assommoir, 1877)

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • saleté sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier