FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Dénominal de salive, d’après le latin salivare.

Verbe Modifier

saliver \sa.li.ve\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Sécréter de la salive.
    • [...] or, pendant que cet engraissement se fait, il faut que le Patient se tienne chaud ; mais lors qu’il commence à saliver, ou qu’il semble avoir une ouverture, il est tems de cesser. — (Etienne Blankart, Traité de la vérole, gonorrhée, chancres, bubes vénéréens, & de leurs accidens, traduit par Guillaume Willis, Corneille Blankard, Amsterdam, 1688, page 188)
    • Ainsi, l’ellipse, noire sur fond blanc, était suffisamment semblable au cercle pour que les chiens soient conditionnés à saliver aussi en sa présence, bien que moins fortement; il fallait donc les conditionner à ne plus saliver à l’ellipse, par association répétée entre l’ellipse et l’absence de nourriture. — (Hans Jürgen Eysenck, La névrose et vous, traduit par Anne-Marie Graulich, Pierre Mardaga, Bruxelles, 1979, page 49)
  2. (Figuré) Avoir très envie de quelque chose, en avoir l’eau à la bouche.
    • Je reste un chouia à admirer le palais du pistonné : un rez-de-chaussée à faire saliver un émir du Koweit, deux étages à me faire crever plutôt deux fois qu’une. — (Yasmina Khadra, Morituri, éditions Baleine, 1997, page 23)
    • Il est vrai que la progression de 17 % des achats de produits agroalimentaires bio par les Français, en 2017, pour un montant global de près de 8,4 milliards d’euros, a de quoi faire saliver les industriels. — (Laurence Girard, Les multinationales tentent de rattraper leur retard dans le bio, Le Monde. Mis en ligne le 19 octobre 2018)

DérivésModifier

TraductionsModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier