Ouvrir le menu principal

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

salvo (pluriel : salvos)

  1. Salve.

PrononciationModifier

Prononciation manquante. (Ajouter)

BretonModifier

Forme de verbe Modifier

salvo \ˈsalvo\

  1. Troisième personne du singulier du futur de l’indicatif du verbe salvañ/salviñ.

EspagnolModifier

Forme de verbe Modifier

salvo \sal.bo\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de salvar.
  2. Participe passé masculin singulier irrégulier de salvar.

IndonésienModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

salvo \Prononciation ?\

  1. (Militaire) Salve.

ItalienModifier

ÉtymologieModifier

Du latin salvus.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin salvo
\ˈsal.vo\
salvi
\ˈsal.vi\
Féminin salva
\ˈsal.va\
salve
\ˈsal.ve\

salvo \Prononciation ?\

  1. Sauf.

DérivésModifier

LatinModifier

ÉtymologieModifier

De salvus.

Verbe Modifier

salvo, infinitif : salvāre, parfait : salvāvi, supin : salvātum \Prononciation ?\ transitif (conjugaison)

  1. Guérir, sauver, conserver.
  2. (Religion) Sauver, opérer le salut.

Note : Par convention, les verbes latins sont désignés par la 1re personne du singulier du présent de l’indicatif.

DérivésModifier

RéférencesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin salve.

Nom commun Modifier

salvo \Prononciation ?\ neutre

  1. Salve.
  2. (Marine) Bordée.
  3. (Figuré) Bordée.
    • een salvo van verwensingen
      une bordée d’imprécations

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 88,5 % des Flamands,
  • 93,8 % des Néerlandais.


PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]