Voir aussi : Saphir

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin sapphirus, lui-même issu du grec ancien ἡ σάπφειρος, hē sáppheiros (« pierre précieuse »).
Sens 4: (Seconde moitié du XVIIIe siècle) Le mot, dans son usage pour désigner certains oiseaux-mouches au plumage à reflets bleu métallique, semble avoir d'abord été mentionné par Buffon dans son Histoire naturelle, ouvrage dans lequel il décrit deux ornismyes ou oiseaux-mouches (i.e. petits colibris à bec droit) le "saphir", originaire du Brésil, et le "saphir-émeraude", de la Guadeloupe et de la Martinique[1]. L'identification a posteriori de ces espèces selon la classification linnéenne a assigné le premier à l'espèce connue aujourd'hui sous le nom de saphir à gorge rousse (Hylocharis sapphirina) et le second au colibri à tête bleue (Cyanophaia bicolor). Ainsi, le sens que les naturalistes donnaient au nom de saphir pour ces oiseaux peut être différent ou non du sens actuel, selon le cas. Quant au nom moderne, il n'a été définitivement normalisé aux deux genres actuels qu'à la fin du XXe siècle.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
saphir saphirs
\sa.fiʁ\
 
Un saphir (1).

saphir \sa.fiʁ\ masculin

  1. (Minéralogie) Variété de gemme de corindon pouvant présenter de multiples couleurs, sauf la couleur rouge qui désigne alors uniquement le rubis.
    • Afin d’en finir avec cette orfèvrerie symbolique, disons encore que […] la sarde évoque les Séraphins, la topaze les Chérubins, le jaspe les Trônes, la chrysolithe les Dominations, le saphir les Vertus, l’onyx les Puissances, le béryl les Principautés, le rubis les Archanges et l’émeraude les Anges. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • […] les petits vitraux en losange avaient pris la transparence profonde, l’infrangible dureté de saphirs qui eussent été juxtaposés sur quelque immense pectoral. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987 page 59)
  2. Bijou orné de cette pierre.
    • Elle […] riait des plaisanteries qu’un ivrogne adressait à une très vieille et très innocente prostituée dont la décrépitude s’adornait de perles, d’opales, de brillants, de saphirs, d’émeraudes et de rubis faux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  3. Pointe de lecture des électrophones de bas de gamme.
  4. (Ornithologie) Nom normalisé donné à deux genres d'oiseaux-mouches de la sous-famille des trochilinés comprenant au total dix espèces caractérisées par leur bec rouge corail à extrémité noire, par leur plumage vert à reflets très métalliques, comportant des plages d'un beau bleu indigo chez la plupart des espèces, ainsi qu'une queue rousse ou à reflets bronzés, et qui fréquentent divers habitats de forêts clairsemées à travers toute l'écozone néotropicale (genres Hylocharis et Chrysuronia).

NotesModifier

Oiseau (sens 4)Modifier

En biologie, le nom binominal et les autres noms scientifiques (en latin) prennent toujours une majuscule. En français, les naturalistes mettent fréquemment une majuscule aux noms de taxons supérieurs au genre.
Un nom vernaculaire ne prend pas de majuscule, mais on peut en mettre une quand on veut expliciter le fait que l’on ne parle pas d’individus, mais que l’on veut parler de l’espèce, du genre, de la famille, de l’ordre, etc.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   saphir figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : saphir, rubis, couleur.

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

saphir \sa.fiʁ\ invariable

  1. D’une couleur bleu intense et profond. #0131B4

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • saphir sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • Hylocharis sur l’encyclopédie Wikipédia   (oiseau-mouche)
  • Chrysuronia sur l’encyclopédie Wikipédia   (oiseau-mouche)
  • Le thésaurus couleur en français  

RéférencesModifier

  1. Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire Naturelle des Oiseaux-[Oiseaux-VI], Tome XXI, Imprimerie Royale, Paris, page 26